Manuel d’économie politique de l’Académie des sciences de l’URSS
Dernière modification le   
Manuel : table des matières, index — Retour au dossier marxisme

9.4. La composition organique du capital. La concentration et la centralisation du capital.

Au cours de l’accumulation capitaliste, la masse générale du capital augmente et ses différentes parties subissent des changements inégaux, d’où résulte un changement de la structure du capital.

En accumulant la plus-value et en élargissant son entreprise, le capitaliste introduit généralement de nouvelles machines et des perfectionnements techniques, qui lui assureront une augmentation de ses bénéfices. Le progrès technique marque un accroissement plus rapide de la partie du capital qui existe sous forme de moyens de production : machines, bâtiments, matières premières, etc., c’est-à-dire du capital constant. Au contraire, la partie du capital dépensée à l’achat de force de travail, c’est-à-dire de capital variable, s’accroît avec beaucoup plus de lenteur.

Le rapport entre capital constant et capital variable, considéré comme rapport entre la masse des moyens de production et la force de travail vivante, est appelé composition organique du capital Prenons, par exemple, un capital de 100 000 livres sterling réparti en 80 000 livres de bâtiments, machines, matières premières, etc., et 20 000 livres de salaires. Alors la composition organique du capital est égale à 80 c : 20 v, ou 4 : 1.

Dans les différentes branches de l’industrie et dans les différentes entreprises d’une même industrie, la composition organique du capital est inégale : elle est plus élevée là où il y a par ouvrier une quantité plus grande de machines complexes et coûteuses, de matières premières transformées ; elle est inférieure là où prévaut le travail vivant, où par ouvrier il y a moins de machines et de matières premières qui coûtent relativement moins cher.

Avec l’accumulation du capital, la composition organique du capital augmente : la part du capital variable diminue, celle du capital constant augmente. Ainsi, dans l’industrie des États-Unis la composition organique du capital est passée de 4,4 : 1 en 1889, à 5,7 : 1 en 1904, à 6,1 : 1 en 1929 et à 6,5 : 1 en 1939.

Dans le cours de la reproduction capitaliste les capitaux augmentent de volume du fait de la concentration et de la centralisation du capital.

On appelle concentration du capital l’accroissement du capital par l’accumulation de la plus-value créée dans une entreprise donnée. Le capitaliste, en investissant dans l’entreprise une partie de la plus-value qu’il s’est appropriée, devient possesseur d’un capital sans cesse accru.

On appelle centralisation du capital l’accroissement du p. 154capital par la fusion de plusieurs capitaux en un seul capital plus important. Avec la concurrence, le gros capital ruine et absorbe les petites et les moyennes entreprises, moins importantes, qui ne résistent pas à la compétition. En accaparant à vil prix les entreprises d’un concurrent ruiné ou en les liant à la sienne d’une manière ou d’une autre (par exemple, par endettement), le gros fabricant augmente les capitaux qu’il détient. La fusion de nombreux capitaux en un seul se fait également par l’organisation de sociétés en commandite, de sociétés par actions, etc.

La concentration et la centralisation du capital rassemblent entre les mains d’un nombre restreint de personnes d’immenses richesses. L’accroissement des capitaux ouvre de larges possibilités à la concentration de la production dans de grandes entreprises.

La grande production a des avantages décisifs sur la petite. Les grandes entreprises peuvent introduire des machines et des perfectionnements techniques, pratiquer largement la division et la spécialisation du travail, ce qui n’est pas à la portée des petites entreprises. De ce fait, la fabrication des produits revient moins cher aux grandes entreprises qu’aux petites. La concurrence entraîne de gros frais et de grandes pertes. Une grande entreprise peut supporter ces pertes pour, ensuite, les compenser largement, tandis que les petites entreprises et souvent aussi les moyennes se ruinent. Les grands capitalistes reçoivent des crédits avec beaucoup plus de facilité et à des conditions plus favorables ; or, le crédit est une des armes les plus importantes dans la concurrence. Tous ces avantages permettent à des entreprises toujours plus importantes, puissamment équipées, de prendre le premier rang dans les pays capitalistes, tandis qu’une multitude de petites et moyennes entreprises se ruinent et disparaissent. Grâce à la concentration et à la centralisation du capital, une minorité de capitalistes, possesseurs de fortunes énormes, préside aux destinées de dizaines et de centaines de milliers d’ouvriers.

Dans l’agriculture, la concentration capitaliste aboutit à ce que la terre et d’autres moyens de production se concentrent de plus en plus dans les mains des gros propriétaires, tandis que les larges couches des petits et moyens paysans, privés de terre, de matériel et d’attelage sont asservis par le capital. Des masses de paysans et d’artisans se ruinent et deviennent des prolétaires.

Ainsi donc, la concentration et la centralisation du capital ont pour effet d’aggraver les contradictions de classes, d’approfondir l’abîme entre la minorité bourgeoise, exploiteuse, et la majorité non possédante, exploitée, de la société. En même temps, par suite de la concentration de la production, les grandes entreprises capitalistes et les centres industriels rassemblent des masses toujours plus grandes du prolétariat. Cela facilite le rassemblement et l’organisation des ouvriers pour la lutte contre le capital.

Date: 2010-2014