Manuel d’économie politique de l’Académie des sciences de l’URSS
Dernière modification le   
Manuel : table des matières, index — Retour au dossier marxisme

13.1. Le capital de prêt.

Si le capital-marchandise prend la forme particulière du capital commercial, le capital-argent prend la forme particulière du capital de prêt.

Dans le cours de la rotation du capital, à des moments donnés, le capitaliste industriel dispose d’un capital-argent, qui ne trouve pas d’emploi dans son entreprise. Par exemple, quand un capitaliste accumule un fonds d’amortissement destiné à reconstituer des éléments hors d’usage du capital fixe, il se trouve à la tête de sommes d’argent momentanément disponibles. Ces sommes ne seront dépensées qu’au bout de quelques années pour l’achat d’un nouvel outillage, de nouvelles machines. Si l’industriel vend ses produits finis chaque mois, et achète des matières premières une fois tous les six mois, il a pendant cinq mois une somme d’argent disponible. C’est un capital inactif, c’est-à-dire un capital qui ne rapporte pas de profit.

À d’autres moments le capitaliste a besoin d’argent, par exemple, lorsqu’il n’a pas encore eu le temps de vendre ses produits, et qu’il lui faut acheter des matières premières. Alors qu’un entrepreneur dispose d’un surplus momentané de capital-argent, un autre en manque. Dans sa course au profit, le capitaliste cherche à tirer un revenu de chaque parcelle de son capital. Le capitaliste prête son argent disponible, c’est-à-dire qu’il en accorde temporairement la jouissance à d’autres capitalistes.

Le capital de prêt est le capital-argent que son possesseur met pour un temps à la disposition d’un autre capitaliste contre une certaine rémunération. Le trait distinctif de ce capital est qu’il n’appartient pas au capitaliste qui l’emploie dans la production. Ayant la possibilité de se faire prêter de l’argent, le capitaliste industriel est libéré de la nécessité de laisser inactives d’importantes réserves monétaires entre ses mains. Les prêts permettent à l’industriel d’élargir la production, d’augmenter le nombre des ouvriers et, par conséquent, d’accroître la masse de la plus-value.

À titre de rémunération pour le capital-argent mis à sa disposition, l’industriel verse au propriétaire de ce capital une somme déterminée, que l’on appelle intérêt. L’intérêt est la partie du profit que le capitaliste industriel verse au capitaliste prêteur pour l’avance que ce dernier lui consent. Le capital de prêt est le capital qui porte intérêt. La source de l’intérêt est la plus-value.

Le mouvement du capital de prêt est entièrement fondé sur le mouvement du capital industriel. Le capital prêté est utilisé dans la production en vue de tirer de la plus-value. Aussi, comme tout capital en général, exprime-t-il avant tout les rapports de production entre les capitalistes et les ouvriers qu’ils exploitent. En môme temps, il exprime directement les rapports entre deux groupes de capitalistes : d’une part, les capitalistes possesseurs d’argent, de l’autre les capitalistes exploitants (industriels et commerçants).

La formule du mouvement du capital de prêt est : A — A′. Ici se trouve éliminé non seulement le stade du capital productif, mais aussi le stade du capital-marchandise. Il semble que la source de revenu n’est pas la plus-value produite par l’exploitation des ouvriers dans la sphère de la production, mais l’argent par lui-même. Que le capital de prêt soit productif de revenu sous forme d’intérêt, semble être une propriété de l’argent aussi naturelle que porter des fruits l’est pour l’arbre fruitier. Le fétichisme caractéristique des rapports capitalistes atteint ici son plus haut degré.

Le possesseur du capital-argent met pour un certain temps son capital à la disposition du capitaliste industriel qui l’emploie dans la production afin de s’approprier la plus-value. Ainsi il se produit une séparation de la propriété du capital et de l’utilisation du capital dans la production, une séparation entre le capital en tant que propriété et le capital en tant que fonction.

Date: 2010-2014