Manuel d’économie politique de l’Académie des sciences de l’URSS
Dernière modification le   
Manuel : table des matières, index — Retour au dossier marxisme

13.5. La circulation monétaire des pays capitalistes.

Dès avant la naissance du capitalisme, des systèmes monétaires métalliques ont fait leur apparition, dans lesquels le métal joue le rôle de marchandise-monnaie. Les systèmes de monnaie métallique se divisent en systèmes bimétalliques, lorsque simultanément deux métaux — l’argent et l’or — sont la mesure de la valeur et la base de la circulation monétaire, et systèmes monométalliques, lorsque ce rôle est rempli par l’un seulement des deux métaux indiqués. Dès le début du développement du capitalisme (du 16e au 18e siècle), de nombreux pays avaient des systèmes monétaires bimétalliques. À la fin du 19e siècle, presque tous les pays capitalistes avaient adopté un système monométallique, celui de la monnaie-or.

Les traits essentiels du système du monométallisme-or sont le libre monnayage de l’or, le change libre des autres signes monétaires contre des pièces d’or et le libre mouvement de l’or entre les pays. Le libre monnayage de l’or signifie le droit pour les particuliers d’échanger à l’Hôtel des Monnaies l’or dont ils disposent contre des pièces. En même temps, les possesseurs de pièces ont la possibilité de transformer ces pièces en lingots d’or. C’est ainsi que s’établit un lien direct et très étroit entre l’or en tant que marchandise et les pièces d’or.

Avec ce système, la quantité de monnaie en circulation correspond spontanément aux besoins de la circulation des marchandises. S’il y a excédent de monnaie, une partie de celle-ci quitte la sphère de la circulation et se convertit en trésor. S’il y a pénurie de monnaie, celle-ci afflue dans la sphère de la circulation ; la monnaie, de trésor, se transforme en moyen de circulation et en moyen de paiement. Pour assurer les petites transactions sous le régime du monométallisme-or, on met en circulation des monnaies de moindre valeur, faites d’un métal moins coûteux : argent, cuivre, etc.

L’instrument des règlements internationaux dans les opérations commerciales et financières est l’or, monnaie universelle. L’échange de la monnaie d’un pays contre la monnaie d’un autre pays se fait au cours du change. Le cours du change est le prix de l’unité monétaire d’un pays exprimé en unités monétaires d’autres pays. Par exemple, une livre sterling est égale à telle quantité de dollars.

Les règlements en matière de commerce extérieur peuvent s’effectuer aussi sans faire usage de l’or ni de devises étrangères. Cela peut être, dans un cas, le clearing, c’est-à-dire la mise en compte réciproque d’engagements relatifs à des livraisons de marchandises dans un commerce bilatéral ; dans un autre cas, les règlements entre pays peuvent se faire par virement de traites d’un pays à l’autre, sans transfert d’or.

Avec le développement des rapports de crédit et de la fonction de la monnaie comme moyen de paiement, apparaît la monnaie de crédit qui a reçu un large développement. Les traites, les billets de banque, les chèques se sont mis à servir surtout de moyen, de paiement. Bien que n’étant pas de la monnaie, la traite peut cependant servir de moyen de paiement en passant d’un capitaliste à l’autre.

Les banques émettent leurs propres créances ; celles-ci sont de la monnaie de crédit, qui joue le rôle de moyen de circulation et de moyen de paiement. Les billets de banque sont la principale forme de monnaie de crédit. Ils sont émis par les banques en contrepartie des lettres de change qu’elles reçoivent. Cela veut dire qu’à la base du billet de banque il y a, en définitive, une transaction commerciale.

L’émission de billets de banque met au service d’une circulation accrue des marchandises des moyens de circulation et de paiement, sans que la quantité de monnaie métallique soit augmentée. Avec la circulation-or, les billets de banque peuvent être convertis à tout moment par les banques en or ou en autres monnaies métalliques. Dès lors, les billets de banque circulent à l’égal des monnaies d’or et ne peuvent se déprécier, car, en plus de la garantie-crédit, ils ont encore une garantie métallique. Avec le progrès du capitalisme, il se produit une réduction relative de la quantité d’or en circulation. L’or s’accumule de plus en plus sous forme de fonds de réserve dans les banques centrales d’émission.

Les États capitalistes ont entrepris de former des réserves d’or afin d’affermir leurs positions dans le commerce extérieur, de mettre la main sur des marchés nouveaux, de préparer et de mener des guerres. On a d’abord remplacé l’or en circulation par des billets de banque, puis on l’a remplacé par du papier-monnaie. Si au début, les billets de banque étaient, en règle générale, échangés contre de For, on a émis par la suite des billets de banque non échangeables. Cela a rapproché notablement les billets de banque du papier-monnaie.

Comme on l’a déjà dit, le papier-monnaie est né du développement de la fonction de la monnaie en tant que moyen de circulation. Le papier-monnaie émis par l’État, avec cours forcé, n’est pas convertible en or et il est le représentant de la monnaie métallique véritable dans sa fonction de moyen de circulation.

Depuis le début de la première guerre impérialiste mondiale (1914-1918), la plupart des pays capitalistes ont adopté le système de circulation du papier-monnaie. À l’heure actuelle dans aucun pays ne circule de monnaie-or. Les classes dirigeantes des États capitalistes utilisent l’émission de billets de banque non échangeables, de papier-monnaie, ainsi que la dépréciation des devises comme un moyen supplémentaire d’exploitation et de spoliation des travailleurs.

Cela se manifeste de façon particulièrement nette en cas d’inflation. Celle-ci est caractérisée par la présence dans les canaux de circulation d’une masse excédentaire de papier-monnaie, par sa dépréciation, par la hausse des prix des marchandises, par la chute du salaire réel des ouvriers et des employés, et la ruine accrue des paysans, par l’accroissement des profits capitalistes et des revenus des propriétaires fonciers.

Les États bourgeois utilisent l’inflation comme un instrument de guerre économique contre les autres pays et de conquête de nouveaux débouchés. L’inflation procure souvent des profits supplémentaires aux exportateurs qui achètent des marchandises dans leur pays avec de l’argent déprécié et les vendent à l’étranger contre des devises fermes. En même temps, l’aggravation de l’inflation jette le désordre dans la vie économique et provoque l’indignation des masses. Cela oblige les États bourgeois à pratiquer des réformes monétaires pour consolider le système monétaire et stabiliser les changes.

La réforme monétaire la plus répandue est la dévaluation. La dévaluation est la baisse officielle du cours du papier-monnaie par rapport à l’unité de monnaie métallique : le papier-monnaie vieilli et déprécié est échangé contre une quantité inférieure de monnaie nouvelle. Ainsi, en Allemagne, en 1924, la vieille monnaie dépréciée a été échangée contre de nouveaux marks-or, à raison d’un trillion de marks anciens contre un mark nouveau.

Dans nombre de cas, la dévaluation ne s’accompagne pas de l’échange de l’ancien papier-monnaie contre du nouveau.

Les réformes monétaires dans les pays capitalistes se font aux dépens des travailleurs par l’augmentation des impôts et la diminution des salaires.

Date: 2010-2014