Manuel d’économie politique de l’Académie des sciences de l’URSS
Dernière modification le   
Manuel : table des matières, index — Retour au dossier marxisme

14.1. Le régime capitaliste de l’agriculture et la propriété privée de la terre.

Dans les pays bourgeois, le capitalisme règne non seulement dans l’industrie, mais aussi dans l’agriculture. La plus grande partie de la terre est concentrée dans les mains de la classe des gros propriétaires terriens. La masse de la production agricole marchande appartient à des entreprises capitalistes employant du travail salarié. Néanmoins, dans les pays bourgeois, la forme d’exploitation prédominante sous le rapport numérique dans l’agriculture reste la petite exploitation paysanne marchande.

Les voies les plus typiques du développement du capitalisme dans l’agriculture sont les deux voies suivantes :

La première est celle du maintien, pour l’essentiel, de l’ancienne exploitation seigneuriale et de sa transformation progressive, au moyen de réformes, en exploitation capitaliste. En passant aux formes de gestion capitalistes, les propriétaires fonciers, parallèlement à l’emploi du travail salarié libre, utilisent aussi les méthodes d’exploitation du servage. Dans l’économie rurale subsistent des formes d’assujettissement des paysans aux propriétaires fonciers, telles que les redevances, le métayage, etc. Cette voie de l’évolution capitaliste de l’agriculture est caractéristique de l’Allemagne, de la Russie tsariste, de l’Italie, du Japon et de plusieurs autres pays.

La seconde voie est celle de la rupture de l’ancien système d’exploitation seigneuriale par la révolution bourgeoise, de l’affranchissement de l’économie rurale des entraves féodales, ce qui accélère le développement des forces productives. Ainsi, en France, la Révolution bourgeoise de 1789-1794 a supprimé la propriété foncière féodale. Les terres confisquées de la noblesse et du clergé furent mises en vente. Dans le pays, la petite exploitation paysanne devint prédominante encore qu’une grande partie des terres fût tombée entre les mains de la bourgeoisie. Aux États-Unis, à la suite de la guerre civile de 1861-1865, les latifundia des esclavagistes des États du Sud furent supprimés, la masse des terres libres fut distribuée à bas prix et le développement de l’agriculture suivit la voie capitaliste. Cependant dans ces pays aussi, avec les progrès du capitalisme, la grande propriété terrienne renaissait sur une base nouvelle, capitaliste.

À la suite de la transformation des formes précapitalistes de la propriété terrienne, la grande propriété féodale et la petite propriété paysanne cèdent de plus en plus le pas à la propriété terrienne bourgeoise. Une partie sans cesse grandissante des terres seigneuriales et paysannes passe entre les mains des banques, de la bourgeoisie rurale, des industriels, des marchands et des usuriers.

Les chiffres suivants témoignent de la concentration de la propriété terrienne. Aux États-Unis, en 1950, 76,4 % des fermes n’avaient que 23 % de la totalité des terres, tandis que 23,6 % des fermes détenaient 77 % de la terre. Notons que les grands latifundia de plus de 1 000 acres 5 de terre chacun qui représentaient 2,3 % de l’ensemble des exploitations, possédaient 42,6 % de la terre.

En Angleterre, d’après les données du recensement de 1950 (sans l’Irlande du Nord), 75,9 % des exploitations ne possédaient que 20,4 % des terres en culture, tandis que 24,1 % des exploitations en possédaient 79,6 % ; 2,3 % des plus grandes exploitations détenaient à elles seules 34,6 % de la terre.

En France, en 1950, 62,1 % de la terre étaient détenus par 20,5 % des exploitations.

Dans la Russie d’avant la Révolution, les seigneurs terriens, la famille impériale, les couvents et les koulaks possédaient une quantité énorme de terres. Dans la Russie d’Europe, à la fin du 19e siècle, il y avait environ, 30 000 grands propriétaires qui possédaient plus de 500 déciatines 6 chacun. Ils détenaient en tout 70 millions de déciatines. En même temps, 10,5 millions d’exploitations paysannes, écrasées par l’exploitation semi-féodale, ne possédaient que 75 millions de déciatines.

En régime capitaliste, la classe des grands propriétaires terriens a le monopole de la propriété privée du sol. Le gros propriétaire terrien donne généralement en location une grande partie de sa terre à des fermiers capitalistes et à des petits paysans. La propriété du sol se sépare de la production agricole.

Les capitalistes-fermiers, à des échéances déterminées, une fois l’an, par exemple, paient au propriétaire un prix de fermage établi par un bail, c’est-à-dire une somme d’argent pour le droit d’employer leur capital sur une terre donnée.

La plus grande partie du prix de fermage est constituée par la rente foncière. Le prix de fermage comprend, outre la rente foncière, d’autres éléments. Ainsi, lorsque sur la terre donnée en location, des capitaux ont été investis précédemment dans des bâtiments d’exploitation, des canaux d’irrigation, par exemple, le fermier, en plus de la rente foncière, est obligé de payer au propriétaire l’intérêt annuel de ces capitaux. Pratiquement il n’est pas rare que les capitalistes-fermiers couvrent les frais d’une partie du prix de fermage en diminuant le salaire de leurs ouvriers.

La rente foncière capitaliste reflète les rapports des trois classes de la société bourgeoise : ouvriers salariés, capitalistes et propriétaires terriens. La plus-value créée par le travail des ouvriers salariés tombe tout d’abord entre les mains du capitaliste-fermier qui en conserve une partie sous la forme du profit moyen du capital. L’autre partie de la plus-value, qui représente l’excédent sur le profit moyen, le fermier est obligé de la remettre au propriétaire terrien sous forme de rente foncière. La rente foncière capitaliste est la partie de la plus-value qui reste, déduction faite du profit moyen du capital investi dans l’exploitation ; elle est payée au propriétaire terrien. Souvent, ce dernier ne donne pas sa terre en location, mais embauche lui-même des ouvriers pour exploiter son terrain. Dans ce cas, il est seul à percevoir la rente et le profit.

Il faut distinguer entre la rente différentielle et la rente absolue.

Notes
5

Une acre = 0,4 ha.

6

Une déciatine = 1,09 ha.

Date: 2010-2014