Manuel d’économie politique de l’Académie des sciences de l’URSS
Dernière modification le   
Manuel : table des matières, index — Retour au dossier marxisme

14.3. La rente absolue. Le prix de la terre.

En plus de la rente différentielle, le propriétaire du sol reçoit la rente absolue. L’existence de celle-ci est liée au monopole de la propriété privée de la terre.

Quand nous avons examiné la rente différentielle, nous avons supposé que le fermier du plus mauvais terrain, en vendant les produits agricoles, ne récupérait que son coût de production plus le profit moyen, c’est-à-dire qu’il ne payait pas de rente foncière. Or le propriétaire même du plus mauvais terrain ne le donne pas à cultiver gratuitement. Donc, le fermier d’un mauvais terrain doit avoir un excédent sur le profit moyen pour acquitter la rente foncière. Cela veut dire que le prix du marché des produits agricoles doit être supérieur au prix de production sur le plus mauvais terrain.

D’où provient cet excédent ? En régime capitaliste, l’agriculture est fort en retard sur l’industrie au point de vue technique et économique. La composition organique du capital dans l’agriculture est inférieure à ce qu’elle est dans l’industrie. Admettons que la composition organique du capital dans l’industrie soit en moyenne 80 c + 20 v. Le taux de plus-value étant supposé égal à 100 %, un capital de 100 dollars donne 20 dollars de plus-value, et le prix de production est égal à 120 dollars. La composition organique du capital dans l’agriculture est, par exemple, de 60 c + 40 v. Ici 100 dollars produisent 40 dollars de plus-value, et la valeur des produits agricoles est égale à 140 dollars. Le fermier capitaliste, tout comme le capitaliste industriel, reçoit de son capital un profit moyen de 20 dollars. Par conséquent, le prix de production des produits agricoles est égal à 120 dollars. La rente absolue est dès lors de 140 − 120 = 20 dollars. Il ressort de là que la valeur des produits agricoles est supérieure au prix général de la production, et que la grandeur de la plus-value dans l’agriculture est supérieure au profit moyen. C’est cet excédent de plus-value sur le profit moyen qui constitue la source de la rente absolue.

S’il n’y avait pas de propriété privée de la terre, cet excédent entrerait dans la répartition générale entre capitalistes, et les produits agricoles se vendraient alors au prix de production. Mais la propriété privée du sol entrave la libre concurrence, le transfert des capitaux de l’industrie à l’agriculture et la formation d’un profit moyen, commun aux entreprises agricoles et industrielles. Aussi les produits agricoles se vendent-ils à un prix équivalent à leur valeur, c’est-à-dire supérieur au prix général de production. Dans quelle mesure cette différence peut-elle être réalisée et convertie en rente absolue ? Cela dépend du niveau des prix du marché, qui s’établit par le jeu de la concurrence.

Ainsi, le monopole de la propriété privée de la terre est la cause de l’existence de la rente absolue, payée pour chaque terrain indépendamment de sa fertilité et de sa situation géographique. La rente absolue est l’excédent de valeur sur le prix général de production créé dans l’agriculture par suite d’une composition organique du capital plus basse que dans l’industrie, et les propriétaires terriens se l’approprient en vertu de la propriété privée de la terre.

Outre la rente différentielle et la rente absolue, il existe en régime capitaliste, une rente monopole. La rente monopole est le revenu additionnel obtenu du fait que le prix d’une marchandise, produite dans des conditions naturelles particulièrement favorables, est supérieur à sa valeur. Telle est, par exemple, la rente pour les terres qui permettent de produire des cultures agricoles rares en quantité limitée (par exemple, des variétés particulièrement précieuses de raisin, des agrumes, etc.), et la rente pour l’usage de l’eau dans les régions de cultures irriguées. Les marchandises produites dans ces conditions se vendent, en règle générale, à des prix supérieurs à leur valeur, c’est-à-dire à des prix de monopole. C’est le consommateur qui fait les frais de la rente monopole dans l’agriculture.

La classe des grands propriétaires terriens, qui n’ont aucun rapport avec la production matérielle, par suite du monopole de la propriété privée de la terre, met à profit les progrès techniques dans l’agriculture pour s’enrichir. La rente foncière est un tribut que la société, en régime capitaliste, est tenue de payer aux grands propriétaires terriens. L’existence de la rente absolue et de la rente monopole renchérit les produits agricoles : denrées alimentaires pour les ouvriers, matières premières pour l’industrie. L’existence de la rente différentielle dépouille la société de tous les avantages liés à une productivité plus élevée du travail sur les terres fertiles. Ces avantages reviennent aux propriétaires terriens et aux fermiers capitalistes. On peut se faire une idée du fardeau de la rente foncière pour la société, quand on voit qu’aux États-Unis, d’après les chiffres de 1935-1937, elle représentait 26 à 29 % du prix du maïs, 26 à 36 % du prix du froment.

Les sommes énormes consacrées à l’achat de la terre sont retirées de leur emploi productif dans l’agriculture. Si l’on excepte les installations et les améliorations artificielles (constructions, irrigation, assèchement des marais, emploi d’engrais), la terre par elle-même n’a pas de valeur, puisqu’elle n’est pas le produit du travail humain. Toutefois la terre, bien qu’elle n’ait pas de valeur, est en régime capitaliste un objet de vente et d’achat et possède un prix. Cela s’explique par le fait que la terre est accaparée par les propriétaires qui en font leur propriété privée.

Le prix du terrain est déterminé en fonction de la rente annuelle qu’il produit et du taux d’intérêt que la banque paye pour les dépôts. Le prix de la terre est égal à la somme d’argent qui, déposée en banque, fournit à titre d’intérêt un revenu de la même grandeur que la rente prélevée sur le terrain considéré. Supposons qu’un terrain rapporte 300 dollars de rente par an, et que la banque paye 4 % d’intérêt pour les dépôts. Dans ce cas, le prix du terrain sera de 300 × 100 4 = 7 500 dollars. Le prix de la terre est donc une rente capitalisée. Le prix de la terre est d’autant plus élevé que la rente est plus forte et que le taux d’intérêt est plus bas.

Avec le développement du capitalisme, la grandeur de la rente s’élève. Cela entraîne une hausse systématique des prix de la terre. Les prix de la terre augmentent également par suite de la baisse du taux de l’intérêt.

Les chiffres suivants donnent une idée de la hausse des prix de la terre. Le prix des fermes aux États-Unis a augmenté en 10 ans (de 1900 à 1910) de plus de 20 milliards de dollars. Sur cette somme, l’augmentation de la valeur du matériel, des bâtiments, etc., ne représente que 5 milliards de dollars, les 15 milliards de dollars qui restent proviennent de la hausse du prix de la terre. Au cours des dix années suivantes, le prix global des fermes a augmenté de 37 milliards de dollars, dont plus de 26 milliards proviennent de la hausse du prix de la terre.

Date: 2010-2014