Manuel d’économie politique de l’Académie des sciences de l’URSS
Dernière modification le   
Manuel : table des matières, index — Retour au dossier marxisme

15.1. Le produit social total et le revenu national.

Toute la masse des biens matériels produits dans la société dans une période déterminée, par exemple en l’espace d’un an, forme le produit social total (ou produit global). Une partie de ce produit, équivalente à la valeur du capital constant consommé, sert dans le processus de reproduction à compenser les moyens de production dépensés. Le coton transformé à la fabrique est compensé par des lots de coton provenant de la récolte de l’année en cours. À la place du combustible brûlé sont livrées de nouvelles quantités de charbon et de pétrole. Les machines mises hors d’usage sont remplacées par d’autres. La partie restante du produit social total constitue la valeur nouvelle créée par la classe ouvrière dans le cours de la production.

La partie du produit social total dans laquelle se trouve incarnée la valeur nouvellement créée, est le revenu national. Le revenu national dans la société capitaliste est équivalent par conséquent à la valeur du produit social total moins la valeur des moyens de production dépensés dans l’année, ou, en d’autres termes, il est égal à la somme du capital variable et de la plus-value. Sous sa forme matérielle, le revenu national est constitué par toute la masse des objets de consommation personnelle et par la partie des moyens de production qui sert à l’élargissement de la production. Ainsi, le revenu national se présente comme la somme de la valeur nouvellement créée en l’espace d’un an ; comme la masse des biens matériels de toute sorte, la partie du produit social total dans laquelle est incarnée la valeur nouvellement créée.

Si, par exemple, dans un pays, il a été produit au cours d’un an pour 90 milliards de dollars ou de marks de marchandises, dont 60 milliards servent à compenser les moyens de production dépensés au cours de l’année, le revenu national créé en l’espace d’un an équivaudra à 30 milliards. Il existe en régime capitaliste une masse de petits producteurs, paysans et artisans, dont le travail crée également une partie déterminée du produit social total. Le revenu national du pays comprend donc aussi la valeur nouvellement créée durant la période donnée par les paysans et les artisans.

Le produit social total et, par suite, le revenu national, sont créés par les travailleurs occupés dans les branches de la production matérielle. Ce sont toutes les branches dans lesquelles sont produits les biens matériels : industrie, agriculture, construction, transports, etc. Dans les branches non productives, qui comprennent l’appareil d’État, le crédit, le commerce (à l’exception des opérations qui prolongent le processus de production dans la sphère de la circulation), les services médicaux, les spectacles, etc., il n’est pas créé de revenu national.

Dans les pays capitalistes, une partie très importante de la population apte au travail, non seulement ne crée pas de produit social et de revenu national, mais ne participe à aucun travail socialement utile. Ce sont avant tout les classes exploiteuses et leur cortège de parasites, le gigantesque appareil bureaucratique et policier, militariste, etc., qui assure la garde du système de l’esclavage salarié capitaliste. Une grande partie de la force de travail est dépensée sans aucune utilité pour la société. Ainsi, des dépenses improductives énormes sont liées à la concurrence, à une spéculation effrénée, à une publicité démesurément gonflée.

L’anarchie de la production capitaliste, les crises économiques dévastatrices, le sous-emploi important de l’appareil de production réduisent considérablement l’utilisation de la main-d’œuvre. Des masses énormes de travailleurs, en régime capitaliste, n’ont pas la possibilité de travailler. Dans les pays bourgeois, le nombre de chômeurs totaux inscrits dans les villes, dans la période de 1930 à 1938, n’a jamais été inférieur à 14 millions. Au fur et à mesure que le capitalisme se développe, l’appareil d’État s’hypertrophie, le nombre de personnes au service de la bourgeoisie augmente, la part de la population occupée dans la sphère de la production matérielle diminue, et l’on voit augmenter considérablement la proportion des gens qui sont occupés dans la sphère de la circulation. L’armée des chômeurs grandit, la surpopulation agraire s’accentue. Tout cela a pour effet de limiter à l’extrême l’accroissement du produit social total et du revenu national dans la société bourgeoise.

Aux États-Unis, les branches de la production matérielle occupaient en 1910 43,9 % du total de la population apte au travail ; en 1930, 35,5 % ; en 1950, environ 34 %.

Aux États-Unis, le rythme d’accroissement annuel du revenu national, durant les trente dernières années du siècle dernier, était en moyenne de 4,7 % ; dans la période comprise entre 1900 et 1919, de 2,8 % ; de 1920 à 1938, de 1 %, et dans les années qui suivirent la deuxième guerre mondiale (de 1945 à 1954), de 0,7 %.

Date: 2010-2014