Manuel d’économie politique de l’Académie des sciences de l’URSS
Dernière modification le   
Manuel : table des matières, index — Retour au dossier marxisme

16.3. Les conditions de la réalisation dans la reproduction capitaliste élargie.

La reproduction capitaliste élargie suppose l’accumulation du capital. Comme le capital de chaque section est composé de deux parties — capital constant et capital variable, la partie accumulée de la plus-value se décompose à son tour en ces deux parties : une partie va à l’achat de moyens de production supplémentaires ; l’autre à l’embauchage d’un supplément de main-d’œuvre. Il s’ensuit que le produit annuel de la section I doit comporter un certain excédent par rapport à la quantité de moyens de production nécessaire à la reproduction simple. Autrement dit, le montant du capital variable et de la plus-value de la section I doit être supérieur au capital constant de la section II ; I (v + p) doit être supérieur à II c. Telle est la condition essentielle de la reproduction capitaliste élargie.

Examinons d’un peu plus près les conditions de la réalisation dans la reproduction capitaliste élargie.

Admettons que dans la section I la valeur du capital constant soit égale à 4 000 unités ; celle du capital variable à 1 000, la plus-value à 1 000 ; admettons que dans la section II la valeur du capital constant soit égale à 1 500 unités, celle du capital variable à 750, la plus-value à 750. Dans cette hypothèse, le produit social annuel comportera les éléments suivants :

I. 4 000 c + 1 000 v + 1 000 p = 6 000.
II. 1 500 c + 750 v + 750 p = 3 000.

Admettons que dans la première section, sur une plus-value équivalente à 1 000 unités, on accumule 500 unités. Conformément à la composition organique du capital de la section I (4 : 1) la partie accumulée de la plus-value se décompose comme suit : 400 unités pour l’augmentation du capital constant et 100 pour l’augmentation du capital variable. Le capital constant additionnel (400 unités) se trouve incorporé dans le produit même de la section I sous forme de moyens de production ; quant au capital variable additionnel (100 unités), il doit être obtenu par échange avec la section II qui, par conséquent, doit également accumuler. Les capitalistes de la section II échangent une partie de leur plus-value égale à 100 unités contre des moyens de production et transforment ces moyens de production en capital constant additionnel. Alors, conformément à la composition organique du capital de la section II (2 : 1) le capital variable de celle-ci doit s’accroître de 50 unités. Par conséquent, dans la section II, avec une plus-value égale à 750 unités, l’accumulation doit en comprendre 150.

De même que dans la reproduction simple, la section II doit échanger avec la section I son capital constant égal à 1 500 unités, et la section I doit échanger avec la section II son capital variable égal à 1 000 unités, ainsi que la partie de la plus-value consommée par les capitalistes, égale à 500 unités.

Ainsi, la section I doit échanger :

La partie du produit reproduisant la valeur du capital variable 1 000
La partie de la plus-value accumulée, qui s’ajoute au capital variable 100
La partie de la plus-value consommée par les capitalistes 500
TOTAL 1 600

La section II doit échanger :

Le capital constant 1 500
La partie de la plus-value accumulée, qui s’ajoute au capital constant 100
TOTAL 1 600

L’échange entre les deux sections ne peut avoir lieu qu’en cas d’égalité de ces deux grandeurs. Ainsi dans la reproduction capitaliste élargie, la condition de la réalisation est l’égalité suivante : la valeur du capital variable plus la partie de la plus-value destinée à la consommation personnelle des capitalistes, plus la partie de la plus-value accumulée, ajoutée au capital variable, de la section I doivent être égales à la valeur du capital constant plus la partie de la plus-value accumulée, ajoutée au capital constant, de la section II.

Dans la reproduction élargie, le montant du capital variable et de la plus-value de la section I doit croître plus vite que le capital constant de la section II, et le capital constant de la section I doit croître encore plus vite que le capital constant de la section II.

Quel que soit le régime social, le développement des forces productives se traduit par l’augmentation de la part du travail social allant à la production des moyens de production par rapport à la part consacrée à la production des objets de consommation. La priorité de l’accroissement de la production des moyens de production sur la production des objets de consommation est une loi de la reproduction élargie. En régime capitaliste, l’accroissement plus rapide de la production des moyens de production par rapport à la production des objets de consommation s’exprime dans un progrès plus rapide du capital constant par rapport au capital variable, c’est-à-dire dans une élévation de la composition organique du capital.

Étudiant les conditions de la réalisation dans la reproduction capitaliste simple et élargie, afin de simplifier l’analyse, Marx avait laissé de côté l’élévation de la composition organique du capital. Les schémas de la reproduction donnés par Marx dans Le Capital supposent une composition organique du capital invariable. Lénine a poussé plus loin le développement de la théorie de la reproduction de Marx et a mis au point le schéma de la reproduction élargie en tenant compte de l’élévation de la composition organique du capital. Ce schéma montre que

ce qui croît avec le plus de rapidité, c’est la production des moyens de production pour les moyens de production, puis la production des moyens de production pour les moyens de consommation ; l’accroissement le plus lent est celui de la production des moyens de consommation.

V. Lénine, « À propos de la question dite des marchés », Œuvres, t. 1, p. 99.

Le schéma de Lénine est l’illustration concrète de l’action de la loi de la priorité de l’accroissement de la production des moyens de production au cours de la reproduction capitaliste élargie. Cette action s’exprime dans la rupture anarchique des proportions établies entre les branches de la production, dans l’inégalité de développement des diverses branches, dans le retard considérable de la consommation des masses populaires sur l’augmentation de la production, l’élévation de la composition organique du capital amenant inéluctablement une augmentation du chômage et un abaissement du niveau de vie de la classe ouvrière.

Date: 2010-2014