Manuel d’économie politique de l’Académie des sciences de l’URSS
Dernière modification le   
Manuel : table des matières, index — Retour au dossier marxisme

16.4. Le problème du marché. Les contradictions de la reproduction capitaliste.

Comme il ressort de ce qui précède, pour réaliser le produit social, il faut qu’il y ait des proportions déterminées entre ses diverses parties et, par suite, entre les branches et les éléments de la production. En régime capitaliste, où la production est assurée par des producteurs privés, qui se laissent guider par la course au profit et travaillent pour un marché qu’ils ne connaissent pas, ces proportions sont forcément sujettes à de perpétuelles perturbations. L’élargissement de la production s’effectue inégalement, ce qui fait que les proportions anciennes entre les branches sont constamment perturbées et que de nouvelles proportions s’établissent spontanément, au moyen du passage des capitaux de certaines branches à d’autres. C’est pourquoi l’équilibre entre les diverses branches constitue un hasard, et les perturbations constantes de l’équilibre la règle générale de la reproduction capitaliste. Analysant les conditions du cours normal de la reproduction capitaliste simple et élargie, Marx dit qu’elles

se convertissent en autant de conditions d’un développement anormal, en possibilités de crises, puisque l’équilibre — étant donnée la forme naturelle de cette production — est lui-même fortuit.

K. Marx, Le Capital, livre 2, t. 2, p. 111.

Avec l’anarchie de la production capitaliste, la réalisation du produit social ne s’opère qu’au milieu de difficultés et de fluctuations incessantes qui se multiplient à mesure que le capitalisme se développe.

Une importance particulière s’attache dès lors au fait que l’élargissement de la production capitaliste et, par suite, la formation du marché intérieur se font moins au profit des objets de consommation qu’au profit des moyens de production. Mais la production des moyens de production ne peut se développer de façon absolument indépendante de la production des objets de consommation et sans aucun lien avec elle, car les entreprises qui utilisent ces moyens de production jettent sur le marché des masses sans cesse accrues de marchandises qui servent à la consommation. Ainsi, la consommation productive, la consommation des moyens de production, est constamment liée, en dernière analyse, à la consommation individuelle, dont elle dépend toujours. Mais le volume de la consommation individuelle des larges masses de la population dans la société capitaliste est extrêmement limité en raison de l’action des lois économiques du capitalisme, lois qui déterminent la paupérisation de la classe ouvrière et la ruine de la paysannerie. De ce fait, la formation et l’élargissement du marché intérieur en régime capitaliste, loin de signifier un élargissement de la consommation des masses populaires, sont liés au contraire à l’accroissement de la misère de l’immense majorité des travailleurs.

Le caractère de la reproduction capitaliste est déterminé par la loi économique fondamentale du capitalisme ; en vertu de celle-ci, le but de la production est le profit toujours accru et le moyen de parvenir à ce but l’élargissement de la production, qui se heurte inéluctablement aux cadres étroits des rapports capitalistes. C’est en ce sens que Marx parlait de « la production pour la production », de « l’accumulation pour l’accumulation », si caractéristiques du capitalisme. Mais les marchandises sont produites en définitive non pour la production, mais pour la satisfaction des besoins des hommes. Par conséquent, une contradiction profondément antagoniste entre la production et la consommation est inhérente au capitalisme.

Cette contradiction consiste en ce que la richesse nationale grandit en même temps que la misère populaire ; en ce que les forces productives de la société se développent sans augmentation correspondante de la consommation du peuple. C’est là une des manifestations de la contradiction fondamentale du capitalisme, — entre le caractère social de la production et la forme capitaliste, privée de l’appropriation.

Dénonçant les valets de la bourgeoisie, qui cherchent à escamoter les contradictions profondes de la réalisation capitaliste, Lénine a souligné que

même si la reproduction et la circulation de l’ensemble du capital social sont idéalement régulières et proportionnelles, la contradiction n’en est pas moins inévitable entre l’essor de la production et les limites restreintes de la consommation. En outre, pratiquement, le procès de la réalisation ne se déroule pas selon une proportionnalité idéalement régulière, mais seulement au milieu de « difficultés », de « fluctuations », de « crises », etc.

V. Lénine, « Nouvelles remarques sur la théorie de la réalisation », Œuvres, t. 4, p. 88. Publié aussi dans K. Marx, Le Capital, livre 2, t. 2, Annexes, p. 193.

Il convient de distinguer entre le marché intérieur (écoulement des marchandises à l’intérieur d’un pays donné) et le marché extérieur (écoulement des marchandises à l’étranger).

Le marché intérieur apparaît et s’étend en même temps que la production marchande, notamment avec le développement du capitalisme qui approfondit la division sociale du travail et différencie les producteurs directs en capitalistes et en ouvriers. La division sociale du travail multiplie les branches particulières de la production. Le développement de certaines branches d’industrie élargit le marché pour les marchandises fabriquées par d’autres branches d’industrie, avant tout pour les matières premières, les machines et autres moyens de production. Ensuite, la différenciation de classe des petits producteurs, le nombre croissant des ouvriers, l’augmentation des profits capitalistes aboutissent à un accroissement de la vente des objets de consommation. Le degré de développement du marché intérieur est le degré de développement du capitalisme dans un pays.

La socialisation du travail par le capitalisme se manifeste avant tout en ce que le morcellement antérieur des petites unités économiques est détruit et que l’on assiste à la fusion des petits marchés locaux en un immense marché national, puis mondial.

Dans l’analyse du processus de reproduction et de circulation du capital social total, on laisse de côté le rôle du marché extérieur, dont les données ne changent pas le fond de la question. La participation du commerce extérieur ne fait que déplacer la question d’un pays sur plusieurs pays, mais le fond du processus de réalisation n’est nullement modifié. Cela ne veut cependant pas dire que le marché extérieur n’a pas une importance essentielle pour les pays capitalistes. Dans leur course au profit, les capitalistes élargissent systématiquement la production et cherchent les marchés les plus avantageux, qui sont souvent les marchés extérieurs.

Les contradictions de la réalisation capitaliste s’affirment avec force dans les crises économiques périodiques de surproduction.

Date: 2010-2014