Manuel d’économie politique de l’Académie des sciences de l’URSS
Dernière modification le   
Manuel : table des matières, index — Retour au dossier marxisme

21.1. L’essence de la crise générale du capitalisme.

p. 291

Parallèlement au développement des contradictions de l’impérialisme, s’accumulaient les conditions de la crise générale du capitalisme. Les principes de la théorie de la crise générale du capitalisme ont été élaborés par Lénine.

La crise générale du capitalisme frappe l’ensemble du système capitaliste mondial et elle est caractérisée par des guerres et des révolutions, par la lutte entre le capitalisme agonisant et le socialisme ascendant. Elle embrasse tous les aspects du capitalisme, aussi bien économiques que politiques. Elle a pour base, d’une part la décomposition de plus en plus poussée du système capitaliste mondial, duquel se détachent sans cesse de nouveaux pays, et d’autre part la puissance économique ascendante des pays qui se sont détachés du capitalisme.

Les traits principaux de la crise générale du capitalisme sont : la division du monde en deux systèmes, capitaliste et socialiste, la crise du système colonial de l’impérialisme, l’aggravation du problème des marchés et, comme corollaire, la sous-production chronique des entreprises et le chômage massif chronique dans les pays capitalistes.

L’inégalité du développement des pays capitalistes à l’époque de l’impérialisme engendre à la longue une disparité entre le partage de fait des débouchés, des sphères d’influence, des colonies et le rapport modifié des forces des principaux États capitalistes. C’est sur cette base qu’apparaît une nette rupture d’équilibre à l’intérieur du système mondial du capitalisme, rupture qui amène la formation de groupements hostiles d’États capitalistes, et des guerres entre eux. Les guerres mondiales diminuent les forces de l’impérialisme et facilitent la rupture du front de l’impérialisme et le détachement de pays, les uns après les autres, du système capitaliste.

La crise générale du capitalisme embrasse toute une période historique, et elle fait partie intégrante de l’époque de l’impérialisme. Comme nous l’avons déjà signalé, la loi de l’inégalité p. 292du développement économique et politique des pays capitalistes à l’époque de l’impérialisme détermine une époque de maturité de la révolution socialiste différente dans les différents pays. Lénine disait que la crise générale du capitalisme n’était pas un fait unique, mais constituait une longue période de bouleversements économiques et politiques, de lutte de classes aggravée, une période de « total effondrement du capitalisme et [de] naissance de la société socialiste ». (V. Lénine, « Rapport sur la révision du programme et le changement de dénomination du Parti » au 7e Congrès du P.C.(b)R., Œuvres, t. 27, p. 129-130.) Cela détermine la nécessité historique d’une coexistence prolongée des deux systèmes, socialiste et capitaliste.

La crise générale du capitalisme, ouverte au cours de la première guerre mondiale, a pris de l’extension surtout après que l’Union soviétique se fut détachée du système capitaliste. Ce fut la première étape de la crise générale du capitalisme. Au cours de la deuxième guerre mondiale s’est ouverte la deuxième étape de la crise générale du capitalisme, qui s’est particulièrement développée après que les pays de démocratie populaire d’Europe et d’Asie se furent détachés du système capitaliste.

Date: 2010-2014