Manuel d’économie politique de l’Académie des sciences de l’URSS
Dernière modification le   
Manuel : table des matières, index — Retour au dossier marxisme

24.2. Les rythmes de l’industrialisation socialiste.

Pour s’acquitter de ces tâches fondamentales : mener à bien la refonte socialiste du pays et sauvegarder son indépendance, il fallait réaliser l’industrialisation dans des délais historiques extrêmement brefs. La nécessité de rythmes rapides d’industrialisation était dictée par les conditions extérieures et intérieures du développement de l’Union soviétique, premier pays du socialisme.

Les conditions extérieures du développement de l’U.R.S.S. étaient déterminées par l’existence d’un entourage capitaliste hostile. Les pays impérialistes possédaient une base industrielle plus puissante et voulaient anéantir, ou du moins affaiblir l’État soviétique. La question des rythmes du développement industriel ne se serait pas posée avec autant d’acuité si l’Union soviétique avait eu une industrie aussi développée que les pays capitalistes avancés, ou encore si la dictature du prolétariat avait été instaurée dans d’autres États plus développés au point de vue industriel. Mais l’Union soviétique était un pays arriéré au point de vue technique et économique, et le seul où existât la dictature du prolétariat. D’où la nécessité de créer à des rythmes rapides une base industrielle perfectionnée.

Les conditions intérieures du développement de l’U.R.S.S. rendaient également indispensables des rythmes rapides d’industrialisation. Tant que le pays des Soviets restait un pays de petits paysans, le capitalisme y conservait une base économique plus solide que le socialisme. Pour décider « qui l’emporterait », il fallait, en des délais historiques très brefs, transformer par le travail collectivisé disposant d’une technique avancée cette poussière d’exploitations paysannes fondées sur la propriété privée, et enlever au capitalisme la base qu’il avait dans la petite production marchande. Cette tâche ne pouvait être résolue qu’en développant rapidement l’industrie lourde.

Justifiant la nécessité historique de rythmes rapides de l’industrialisation socialiste, Staline disait :

Nous retardons de cinquante à cent ans sur les pays avancés. Nous devons parcourir cette distance en dix ans. Ou nous le ferons, ou nous serons broyés.

J. Staline, « Les tâches des dirigeants de l’industrie », Les Questions du léninisme, t. 2, p. 38.

Les avantages du système socialiste d’économie et les particularités de la méthode socialiste d’industrialisation permettaient d’industrialiser le pays à des rythmes rapides.

De 1929 à 1937, le rythme d’accroissement annuel moyen de la production industrielle a été en U.R.S.S. d’environ 20 % contre 0,3 % seulement dans les pays capitalistes durant la même période. Les rythmes d’accroissement de l’industrie soviétique ont dépassé de plusieurs fois ceux de l’industrie des principaux pays capitalistes dans la période de leur développement le plus rapide. Ainsi, aux États-Unis, l’accroissement annuel moyen de la production industrielle a été de 8,2 % de 1890 à 1895, de 5,2 % de 1895 à 1900, de 2,6 % de 1900 à 1905, de 3,6 % de 1905 à 1910.

Date: 2010-2014