Manuel d’économie politique de l’Académie des sciences de l’URSS
Dernière modification le   
Manuel : table des matières, index — Retour au dossier marxisme

27.1. Les principaux caractères de la base matérielle de production du socialisme.

La base matérielle de production du socialisme, c’est la grande production mécanique dans tous les domaines de l’économie nationale, production fondée sur une technique supérieure et le travail affranchi de toute exploitation.

La propriété sociale des moyens de production assure l’unité de la production socialiste qui se développe méthodiquement dans l’intérêt de toute la société. Le développement ne se heurte pas aux obstacles posés par la propriété privée des moyens de production.

La production socialiste est la plus grande et la plus concentrée du monde. Le régime socialiste implique la domination sans partage de la grande production non seulement dans l’industrie, mais aussi dans l’agriculture, alors qu’en régime capitaliste les petites exploitations de paysans individuels prédominent numériquement dans l’agriculture.

Le socialisme ne connaît pas les contradictions et les limitations de l’usage du machinisme qui sont propres au capitalisme. Dans la société bourgeoise, les machines sont un instrument d’exploitation et ne sont utilisées dans la production que lorsqu’elles augmentent le profit du capitaliste grâce à l’économie réalisée sur le salaire des ouvriers. En régime socialiste, elles sont employées toutes les fois qu’elles épargnent du travail à la société, qu’elles allègent l’effort des ouvriers et des paysans, qu’elles contribuent à accroître le bien-être national. Et comme le chômage n’existe pas en société socialiste, les machines ne peuvent faire concurrence aux travailleurs. C’est pourquoi ceux-ci les emploient très volontiers dans la production.

La liquidation de la propriété privée des moyens de production fait qu’en régime socialiste les réalisations de la science et de la technique modernes deviennent le patrimoine de la société tout entière. La production socialiste, qui se propose de satisfaire les besoins sans cesse croissants des masses populaires, implique le développement et le perfectionnement continus de la technique ; la technique ancienne doit être remplacée par une technique nouvelle, celle-ci par une autre, plus nouvelle encore. D’où la nécessité de créer de nouveaux types de machines, mécanismes, instruments et appareils, de nouveaux matériaux et une technologie d’avant-garde, d’en acquérir la pratique et de les intégrer dans la production. L’État socialiste, qui concentre entre ses mains les principaux moyens de production et d’accumulation, peut procéder à d’importants investissements dans l’économie nationale en vue d’assurer un progrès technique continu et peut réaliser de grands travaux sur une échelle et à un rythme que le capitalisme ne saurait atteindre.

Le socialisme assure l’introduction conséquente du machinisme moderne dans tous les domaines de la production, y compris l’agriculture.

En régime socialiste, la situation des producteurs a radicalement changé. Le travail des ouvriers, des kolkhoziens et des intellectuels, travail affranchi de toute exploitation, est à la base de l’existence de la société socialiste. Les producteurs travaillent pour eux-mêmes, pour la société, et non pour des exploiteurs ; aussi sont-ils profondément intéressés au perfectionnement de la production sur la base d’une technique supérieure et à l’utilisation la plus rationnelle de la technique existante. Par ailleurs, le socialisme entraîne l’élévation constante et rapide du niveau de culture générale et de formation technique des travailleurs. D’où la part active que ceux-ci prennent au développement de la production, au perfectionnement de la technique, à l’amélioration de la technologie et de l’organisation du travail.

À la différence du capitalisme, le socialisme assure un accroissement ininterrompu et rapide des forces productives.

Date: 2010-2014