Manuel d’économie politique de l’Académie des sciences de l’URSS
Dernière modification le   
Manuel : table des matières, index — Retour au dossier marxisme

29.2. Les traits essentiels de la loi économique fondamentale du socialisme.

Marx et Engels avaient prévu qu’en régime socialiste le but de la production harmonieusement organisée serait de satisfaire les besoins de toute la société et de chacun de ses membres. Développant cette thèse marxiste, Lénine écrivait en 1902, dans le projet de programme du Parti ouvrier social-démocrate de Russie, que le remplacement de la société capitaliste par la société socialiste serait réalisé « afin d’assurer le bien-être complet et l’épanouissement libre et total de tous ses membres ». (V. Lénine : « Projet de programme du Parti ouvrier social-démocrate de Russie », Œuvres, t. 6, p. 22.) Se fondant sur des considérations scientifiques, Lénine a indiqué la nécessité et la possibilité objectives d’augmenter systématiquement et rapidement la production socialiste, d’électrifier le pays, de développer l’industrie lourde en tant que base matérielle du socialisme, d’obtenir une productivité du travail social supérieure à celle du capitalisme et d’élever le bien-être et le niveau culturel des masses laborieuses. Il a ainsi été amené à énoncer les thèses initiales de la loi économique fondamentale du socialisme, thèses qui ont été le principe directeur de la politique du Parti communiste et du pouvoir des Soviets. S’appuyant sur ces thèses, Staline a formulé et développé la loi économique fondamentale du socialisme.

Les traits essentiels et les exigences de la loi économique fondamentale du socialisme peuvent être formulés ainsi :

Assurer au maximum la satisfaction des besoins matériels et culturels sans cesse croissants de toute la société, en développant et en perfectionnant sans cesse la production socialiste sur la base d’une technique supérieure.

J. Staline, « Les problèmes économiques du socialisme en U.R.S.S. », Derniers écrits, p. 130.

La loi économique fondamentale du socialisme indique le but de la production socialiste et le moyen d’y parvenir.

Le but de la production est déterminé par les rapports qui découlent du caractère de la propriété des moyens de production. Si les moyens de production appartiennent à la bourgeoisie, la production a nécessairement pour but d’enrichir les détenteurs du capital, et les travailleurs, c’est-à-dire l’immense majorité de la société, n’interviennent que comme objet d’exploitation. La consommation des travailleurs n’intéresse le capitalisme que dans la mesure où elle lui assure des profits ; aussi l’homme et ses besoins ne peuvent-ils être en l’occurrence le but de la production. Quand les moyens de production appartiennent au peuple laborieux, et que les classes exploiteuses ont été anéanties, la production sert les intérêts des travailleurs, c’est-à-dire de toute la société socialiste. Satisfaire au mieux les besoins matériels et culturels croissants des hommes devient donc le but immédiat de la production.

Le but auquel est subordonnée la production est inséparable du moyen employé pour en assurer la réalisation.

Le degré de satisfaction des besoins de la population dépend du niveau du développement de la production dans la période considérée, des ressources dont dispose la société socialiste. Sans un essor permanent de la production, il est impossible d’augmenter sans cesse la consommation nationale. L’essor permanent de la production n’assure pas seulement la fabrication des produits nécessaires à la satisfaction des besoins croissants de la société, mais stimule aussi l’apparition de nouveaux besoins. À son tour, l’augmentation continuelle des besoins matériels et culturels des travailleurs, de leur pouvoir d’achat, est la condition nécessaire d’un progrès indéfini de la production. Grâce à l’augmentation systématique du pouvoir d’achat de la population se forme une demande solvable constamment accrue des produits de l’industrie et de l’agriculture socialistes.

En régime socialiste, la contradiction entre le caractère social de la production et la forme capitaliste privée de l’appropriation, contradiction fondamentale du capitalisme, est supprimée. Aussi le socialisme ignore-t-il la contradiction inhérente au capitalisme entre la production et la consommation, qui exprime la contradiction fondamentale du régime bourgeois. La loi économique fondamentale du socialisme permet de mettre le pouvoir d’achat croissant de la population en harmonie avec l’augmentation simultanée de la production. En régime capitaliste, le faible niveau de la consommation, du pouvoir d’achat des masses populaires freine inévitablement le développement de la production, retarde sur celui-ci, ce qui amène des temps d’arrêt dans le développement de l’économie, où une crise succède à un essor et un essor suit une crise. La société socialiste, où la consommation nationale augmente régulièrement, n’a pas à redouter les crises de surproduction et peut, par suite, développer sans arrêt la production.

Dans la société socialiste, la contradiction non-antagoniste qui surgit au cours de son développement entre le niveau de la production socialiste à un moment donné et les besoins rapidement accrus des masses, est régulièrement levée par l’essor de la production, qui entraîne l’augmentation de la consommation des travailleurs et un nouvel accroissement des besoins, lequel appelle à son tour une nouvelle extension de la production.

Le développement de la production socialiste ne se limite pas à son extension quantitative. L’essor ininterrompu de la production socialiste requiert le perfectionnement continu des méthodes de production, l’élévation incessante de la productivité du travail social, qui permet d’abaisser systématiquement les prix et d’améliorer la qualité de la production, ce qui est d’une grande importance pour la satisfaction des besoins des travailleurs. Tout cela n’est possible que si le niveau technique de la production s’élève constamment. Aussi le développement d’une technique supérieure est-il la condition nécessaire du développement et du perfectionnement continus de la production socialiste.

La loi économique fondamentale exprime la nature des rapports de production socialistes et détermine les principales phases de développement du mode de production socialiste. Les autres lois économiques expriment les différents aspects essentiels des rapports de production socialistes et déterminent les différentes phases de développement du mode de production socialiste. La loi économique fondamentale joue un rôle dirigeant dans le système des lois économiques agissant au sein de la société socialiste. C’est ainsi que les exigences de la loi économique fondamentale déterminent le caractère des proportions établies dans l’économie nationale en fonction de la loi du développement harmonieux, proportionné, de cette dernière ; l’élévation systématique de la productivité du travail est le moyen essentiel d’assurer le développement continu de la production socialiste ; la satisfaction des besoins matériels et culturels croissants des travailleurs s’effectue par l’intermédiaire de la loi de la répartition selon le travail, etc.

Des rapports d’interaction déterminés relient chaque loi non seulement à la loi économique fondamentale du socialisme, mais aux autres lois de l’économie socialiste. Ainsi, par exemple, les proportions entre les diverses branches industrielles, établies en fonction de la loi du développement harmonieux, proportionné de l’économie nationale, dépendent du niveau de la productivité du travail dans ces branches. De son côté, l’élévation de la productivité du travail dépend de plusieurs conditions très importantes, et exige notamment que soient, remplies les exigences de la loi de la répartition selon le travail.

Date: 2010-2014