Manuel d’économie politique de l’Académie des sciences de l’URSS
Dernière modification le   
Manuel : table des matières, index — Retour au dossier marxisme

31.5. L’émulation socialiste.

L’émulation socialiste permet d’accroître la productivité du travail et de perfectionner les méthodes de production en stimulant au maximum l’activité des masses laborieuses. Lénine a signalé que, pour la première fois, le socialisme permet à l’émulation de se déployer très largement, sur une échelle de masse, et d’entraîner des millions de travailleurs. L’émulation socialiste vise à assurer l’exécution et le dépassement des plans de l’économie nationale, l’augmentation continue de la production socialiste.

À des stimulants de la production tels que la course aux profits et la concurrence, le socialisme a substitué des stimulants nouveaux, infiniment plus efficaces. C’est avant tout l’intérêt profond des masses au développement de la production sociale, intérêt qui découle de la loi économique fondamentale du socialisme. La subordination de la population socialiste à la satisfaction la plus complète des besoins croissants des travailleurs est une source intarissable de l’essor de la productivité du travail, du perfectionnement de la production sur la base d’une technique supérieure. La répartition selon le travail joue un rôle important dans l’extension de l’émulation socialiste. En faisant dépendre la rémunération de chacun de la quantité et de la qualité de son travail, la répartition selon le travail encourage l’initiative créatrice des masses dans le processus de la production.

L’émulation socialiste se distingue foncièrement de la concurrence qui règne dans la société bourgeoise.

Principe de la concurrence : défaite et mort des uns, victoire et domination des autres. Principe de l’émulation socialiste : aide amicale de ceux qui arrivent en tête aux retardataires, afin de réaliser un progrès général. La concurrence dit : achève ceux qui sont restés en arrière afin d’asseoir ta domination. L’émulation socialiste dit : les uns travaillent mal, les autres bien, d’autres mieux encore ; rattrape les meilleurs et contribue au progrès général.

J. Staline, « L’émulation et l’enthousiasme des masses au travail », Œuvres, t. 12, p. 110 (éd. russe).

L’émulation socialiste est la collaboration amicale des travailleurs, leur lutte en commun pour le progrès général de la production. Elle donne le champ libre aux aptitudes créatrices des travailleurs et permet l’utilisation la plus complète de tous les avantages du travail social en régime socialiste.

L’initiative créatrice des novateurs de la production et des travailleurs qui connaissent à fond les machines modernes, rejettent les normes et les méthodes de travail vieillies, périmées, et en proposent de nouvelles, est une particularité caractéristique de l’émulation. En combattant tout ce qui est vieilli et a déjà fait son temps, les travailleurs d’élite ouvrent des voies nouvelles au développement de la production, découvrent de nouveaux moyens d’élever la productivité du travail.

L’initiative créatrice des travailleurs empêche la production de stagner, de piétiner sur place ; elle est à l’origine de son progrès et de son perfectionnement continuels. Les méthodes progressistes appliquées par les novateurs améliorent radicalement l’organisation du travail et de la production (division du travail, cumul des professions, travail « au graphique » respectant strictement un horaire et un ensemble de normes techniques, etc.), de la technologie et de la technique de la production (intensification des différents processus, perfectionnement de l’outillage, des montages, des machines-outils, etc.) Les travailleurs d’élite de l’agriculture ont recours à de nouveaux procédés qui augmentent le rendement des cultures et la productivité de l’élevage.

L’émulation socialiste suppose une large et rapide diffusion de l’expérience des travailleurs d’avant-garde. En régime socialiste, l’exemple exerce, pour la première fois, une action massive ; il est un moyen de stimuler et de perfectionner sans cesse la production. C’est la conséquence, premièrement, d’une aide active, amicale, des novateurs aux autres producteurs pour familiariser ceux-ci avec les méthodes progressistes de travail, aide qui prend les formes les plus variées (enseignement individuel, parrainage des novices par les ouvriers expérimentés, cours de travailleurs d’élite et de novateurs de la production, etc.) ; deuxièmement, du désir de la masse des travailleurs de rattraper les ouvriers d’élite, de profiter de leur expérience pour réaliser un progrès général ; troisièmement, de la large publicité faite à l’émulation, de la possibilité de confronter les résultats du travail des entreprises. La diffusion de l’expérience d’avant-garde est l’une des tâches essentielles incombant aux dirigeants de l’économie et aux organisations sociales. S’appuyant sur l’expérience des novateurs, les organismes économiques de l’État fixent des normes progressives de travail, d’utilisation des moyens de production, qui sont mises à la base des plans de production. La popularisation de l’expérience d’avant-garde, la réalisation des nouvelles normes et l’application des méthodes nouvelles par la plupart des travailleurs contribuent à élever sans cesse la productivité du travail.

Le Parti communiste et l’État soviétique dirigent l’émulation socialiste des masses et lui accordent tout leur appui. Les succès remportés au travail sont récompensés non seulement par une gratification, mais encore par des décorations, et les innovations d’importance par l’attribution du titre de Héros du travail socialiste et du Prix Staline.

L’émulation socialiste a pris en U.R.S.S. un caractère général. Dans les entreprises, la forme d’émulation la plus commune et la plus efficace est l’émulation individuelle et entre équipes. Il y a aussi l’émulation entre ateliers, entreprises, kolkhoz, S.M.T., sovkhoz, districts, régions et républiques. Une forme d’émulation très répandue est celle qui vise à assurer une haute qualité de la production, une meilleure utilisation du potentiel de production, la réduction des prix de revient, une économie de matériaux et d’argent en sus des prévisions du plan, un rendement élevé des cultures et une haute productivité de l’élevage. En 1954, plus de 90 % des ouvriers ont pris part à l’émulation socialiste dans l’industrie ; plus de 900 000 inventions, perfectionnements techniques et propositions de rationalisation ont été appliqués dans l’industrie, le bâtiment et les transports.

L’émulation socialiste à la ville et à la campagne est une puissante force motrice du développement de l’économie socialiste, de la construction de la société communiste.

Date: 2010-2014