Manuel d’économie politique de l’Académie des sciences de l’URSS
Dernière modification le   
Manuel : table des matières, index — Retour au dossier marxisme

34.2. Les fonds des entreprises. Les fonds fixes et les fonds circulants.

Les ressources matérielles et monétaires attribuées aux entreprises d’État, propriété du peuple entier, forment ce qu’on appelle les fonds de ces entreprises.

Les moyens de production constituent les fonds de production de l’entreprise. Bien qu’en U.R.S.S., les moyens de production des entreprises d’État, ainsi que nous l’avons déjà montré, ne soient pas en réalité des marchandises, ils gardent la forme marchandise, la forme valeur ; ils se présentent sous une forme matérielle, mais aussi monétaire ; ils ont un prix. La répartition des moyens de production ne s’effectue pas par l’intermédiaire de livraisons sans intervention de l’argent, mais par leur réalisation contre de l’argent. Dans ce sens, il y a une circulation des moyens de production. Les fonds accomplissent donc, conformément à un plan, une rotation incessante, passant successivement par le stade de la production et celui de la circulation et changeant de forme en conséquence : forme argent, puis forme production, puis forme marchandise, puis forme argent, etc. Selon le caractère de leur rotation, les fonds de production de l’entreprise se divisent en fonds fixes et fonds circulants.

Les fonds fixes desservent la production pendant un temps assez long en conservant leur forme naturelle. Leur valeur s’incorpore aux dépenses de la production peu à peu, par fractions, à mesure qu’ils s’usent. Parmi les fonds de production fixes il faut ranger les moyens de travail : bâtiments d’exploitation, installations, machines, outils et autre matériel d’usage durable, moyens de transport. Les fonds circulants sont entièrement absorbés dans le processus de la production au cours d’un cycle de production, et leur valeur s’incorpore entièrement aux frais de production de la marchandise. Les fonds de production circulants comprennent les matières premières, les matériaux, le combustible, les produits semi-ouvrés et autres objets du travail.

Les fonds fixes constituent l’appareil de production de la société socialiste. Leur volume et leur degré d’utilisation déterminent pour une grande part l’échelle de la production.

Le développement harmonieux de la technique en régime socialiste exige qu’il soit tenu compte, sous tous ses aspects, de l’efficience que présente l’introduction dans la production de chaque nouveau type de machines, des perspectives qu’ouvre son utilisation.

L’invention et l’emploi dans la production de machines nouvelles, plus productives et plus économiques, signifie que les machines périmées se déprécient, subissent une usure morale avant d’être usées au sens propre du terme. Dans la société socialiste, l’usure morale des machines est un aspect très important, car le rythme rapide du progrès technique oblige à remplacer sans tarder les moyens techniques périmés par de nouveaux, et ceux-ci par des moyens techniques encore plus modernes. L’usure morale des machines est ici foncièrement différente de ce qu’elle est en régime capitaliste. Le remplacement de l’outillage périmé ne s’effectue pas anarchiquement, comme un épisode d’une lutte entre concurrents, mais d’une façon méthodique ; il n’entraîne donc ni la ruine et la faillite des petites et moyennes entreprises, ni le gaspillage des forces productives qui l’accompagnent en régime capitaliste. La gestion planifiée de l’économie ouvre de larges possibilités à l’utilisation rationnelle de tous les moyens techniques existants.

L’usure des fonds fixes dans les entreprises est couverte par un fonds d’amortissement. Les provisions pour amortissement doivent assurer la rénovation technique continue de l’appareil de production. Le fonds d’amortissement est constitué en incorporant aux dépenses nécessitées par chaque unité de production la fraction de la valeur des fonds fixes qui correspond à leur usure. Une partie du fonds d’amortissement des entreprises est utilisée dans la mesure prévue par le plan d’État pour reconstituer les fonds fixes usés, l’autre partie restant à la disposition de l’entreprise pour les grandes réparations de fonds fixes.

Outre les fonds se trouvant dans la sphère de la production, les entreprises disposent de ressources dans la sphère de la circulation : les fonds de roulement. Ceux-ci se composent des produits prêts à être réalisés et des ressources monétaires dont l’entreprise a besoin pour acheter les matières premières, le combustible, payer les salaires, etc.

Les fonds de production circulants et les fonds de roulement forment ensemble les moyens circulants de l’entreprise. Ceux-ci se divisent en moyens propres et moyens d’emprunt, constitués les uns et les autres en vertu d’un plan.

Les moyens circulants propres sont attribués par l’État à l’entreprise pour couvrir ses besoins minimums. Le besoin supplémentaire ou temporaire de moyens circulants, en raison, par exemple, de la nécessité de constituer des stocks saisonniers de matières premières et de combustible, ou du fait que la marchandise est en cours de route, est couvert au moyen d’emprunt, de crédits de la Banque d’État, pour l’utilisation desquels celle-ci perçoit un intérêt. Ces modalités d’attribution des moyens circulants incitent l’entreprise à les utiliser de la manière la plus rationnelle et la plus économe, en accélérant leur rotation.

Le système socialiste d’économie assure une augmentation constante des fonds fixes et circulants, qu’il permet d’utiliser beaucoup mieux que le capitalisme. L’État établit les normes technico-économiques progressives, obligatoires pour les entreprises, concernant l’utilisation des machines et de l’équipement, la dépense de matières premières, de combustible et d’autres éléments des fonds circulants par unité de produits finis (dépense de minerai de fer et de coke pour une tonne de fonte, de betterave sucrière pour une tonne de sucre, etc.) et les normes des réserves pour les différents éléments des fonds circulants et les produits finis. L’établissement correct de ces normes est un important facteur d’augmentation méthodique de l’efficacité d’emploi des fonds fixes et circulants.

Dans la sidérurgie de l’U.R.S.S., l’efficacité de l’utilisation des hauts fourneaux avait presque doublé, dès 1940, par rapport à 1913. En 1954, elle avait augmenté de 43 %, et celle des fours Martin de 48 %, par rapport à 1940.

L’un des principaux indices de la qualité de l’activité économique d’une entreprise est la vitesse de rotation des moyens circulants.

La vitesse de rotation des moyens de l’entreprise dépend, premièrement, du temps de production pendant lequel ils se trouvent dans la sphère de la production, c’est-à-dire sous forme de stocks alimentant la production, de produits en cours de fabrication, de produits semi-ouvrés, et, deuxièmement, du temps pendant lequel ces moyens se trouvent engagés dans la sphère de la circulation (sous la forme de stocks de produits finis à réaliser, etc.)

L’accélération de la rotation des moyens circulants joue un grand rôle dans l’application d’un régime d’économie et dans la libération de ressources supplémentaires qui vont à l’accroissement de la production. Elle est, pour l’entreprise, un important facteur de l’exécution du plan de production et d’augmentation de l’accumulation. Elle permet d’exécuter le plan avec un minimum de moyens.

L’accélération de la rotation des moyens circulants exige la réduction du temps de production et du temps de circulation, ainsi qu’une lutte constante contre la constitution de réserves superflues (excédant la norme) de matières premières, de matériaux, de produits semi-ouvrés, de produits finis. La réduction de la durée du cycle de production résulte de l’accélération des opérations de la production grâce à l’emploi de techniques et d’une technologie avancées, à l’application des dernières réalisations de la science, à une meilleure organisation du travail. Le temps de circulation est réduit par un meilleur fonctionnement des transports, une organisation plus rationnelle de l’approvisionnement des entreprises et de l’écoulement de leurs produits. L’émulation socialiste joue un rôle important dans le renforcement du principe de la gestion équilibrée et dans l’accélération de la rotation des moyens circulants. La réduction de la durée du cycle de production, une meilleure organisation de l’approvisionnement des entreprises et de l’écoulement des produits, ainsi que l’affermissement de la discipline financière permettent d’améliorer notablement l’efficacité de l’emploi des moyens circulants par les entreprises d’État.

Outre les fonds de production et les fonds de roulement, l’entreprise possède des fonds fixes de consommation : habitations, clubs et autres établissements publics ou d’intérêt social et culturel avec leurs installations.

Un emploi économique et efficace des fonds fixes et circulants par les entreprises socialistes accroît le volume de la production et en abaisse le prix de revient.

Date: 2010-2014