Manuel d’économie politique de l’Académie des sciences de l’URSS
Dernière modification le   
Manuel : table des matières, index — Retour au dossier marxisme

Résumé du chapitre 35

  1. Le système socialiste d’agriculture, représenté par les kolkhoz, les S.M.T. et les sovkhoz, est la forme supérieure et la plus progressiste d’organisation de la production agricole. En régime socialiste, l’agriculture est appelée à satisfaire intégralement les besoins de la population en denrées alimentaires et de l’industrie en matières premières. L’élévation de la productivité du travail dans l’agriculture socialiste se traduit par l’obtention du maximum de produits par hectare de terre cultivée en dépensant le minimum de travail et de moyens par unité de produit.

  2. Les stations de machines et de tracteurs sont la base matérielle et technique industrielle de la production des kolkhoz ; c’est sur elles que l’État socialiste s’appuie pour diriger ces derniers. Elles ont essentiellement pour tâche d’élever au maximum le rendement de toutes les cultures, d’assurer l’augmentation du cheptel collectif et d’en élever la productivité, d’accroître la production globale et marchande de l’agriculture et de l’élevage dans les kolkhoz qu’elles desservent. Elles jouent un rôle décisif dans le développement de la production kolkhozienne.

  3. L’artel agricole est, en régime socialiste, la seule forme correcte d’économie collective. Les kolkhoz, entreprises coopératives socialistes, reposent sur le travail collectif des kolkhoziens s’aidant des principaux moyens de production possédés par l’Etal socialiste et de certains autres moyens de production possédés par les kolkhoz. En U.R.S.S., la terre occupée par les kolkhoz leur a été remise par l’État en jouissance perpétuelle et gratuite. L’État soviétique consacre des sommes importantes à l’agriculture et à la satisfaction des besoins culturels de la paysannerie kolkhozienne.

  4. L’exploitation collective est la source d’augmentation de la richesse des kolkhoz et la base du bien-être de la paysannerie kolkhozienne. Dans les kolkhoz, les exigences de la loi économique de la répartition selon le travail sont réalisées au moyen de la journée-travail. Celle-ci est une mesure particulière de travail et de consommation, née du régime kolkhozien et qui concilie l’intérêt matériel et personnel des kolkhoziens avec les intérêts de l’économie collective du kolkhoz. L’application conséquente du principe de l’intérêt matériel et personnel des kolkhoziens pour les progrès de la production kolkhozienne est la condition indispensable du développement continu de l’agriculture.

  5. La grande exploitation collective permet d’obtenir des revenus élevés. Les revenus supplémentaires des kolkhoz situés sur les meilleures terres ou tirant un meilleur parti du sol forment une rente différentielle qui revient aux kolkhoz et aux kolkhoziens, et qui est mise aussi à la disposition de l’État.

  6. Conformément aux Statuts de l’artel agricole, la production et les revenus en argent du kolkhoz lui servent à s’acquitter de ses obligations envers l’État, à constituer un certain nombre de fonds sociaux et à rémunérer les kolkhoziens au prorata de leurs journées-travail. Conformément à la loi économique fondamentale du socialisme, le régime kolkhozien assure une élévation constante du bien-être matériel et du niveau de vie culturelle de la paysannerie kolkhozienne.

  7. Les sovkhoz sont des entreprises agricoles d’État, les plus grandes et les plus mécanisées de toutes, qui jouent un rôle croissant dans la production agricole. Leur fonctionnement obéit aux principes de la gestion équilibrée. L’élévation constante de la productivité du travail, l’intérêt matériel des sovkhoz et de leur personnel pour les résultats du travail sont des conditions indispensables pour faire de tous les sovkhoz des entreprises modèles, des entreprises rentables et d’une haute productivité.

Date: 2010-2014