Manuel d’économie politique de l’Académie des sciences de l’URSS
Dernière modification le   
Manuel : table des matières, index — Retour au dossier marxisme

37.2. L’augmentation constante du revenu national en régime socialiste.

Le revenu national de la société socialiste augmente constamment et à un rythme rapide. Ceci résulte de l’essor ininterrompu de la production socialiste qui se développe en conformité avec les exigences de la loi économique fondamentale du socialisme. L’accroissement du revenu national, en régime socialiste, est nettement plus rapide qu’en société capitaliste.

À parité de prix, le revenu national de l’U.R.S.S. par rapport à 1913 était multiplié par 6 environ en 1940, par 10 en 1950 et par 15 environ en 1954.

De 1929 à 1954, le revenu national des États-Unis, à parité de prix, a un peu moins que doublé, alors que celui de l’U.R.S.S., également à parité de prix, a été multiplié par plus de 11, malgré le préjudice énorme causé à l’économie nationale par les envahisseurs fascistes pendant la guerre.

Dans la société socialiste, le revenu national s’accroît rapidement par suite : 1o de l’élévation de la productivité du travail social et 2o de l’augmentation du nombre des producteurs. Le premier de ces deux facteurs est, en régime socialiste, le plus important. Ainsi, durant le quatrième quinquennat, l’augmentation du nombre des producteurs a fourni 20 %, et l’élévation de la productivité du travail 80 % de l’accroissement du revenu national.

Ainsi qu’il a été dit, la productivité du travail, dans la production socialiste, augmente rapidement en raison de l’emploi des techniques les plus modernes dans toutes les branches (y compris l’agriculture), d’une meilleure organisation du travail et de la production, de l’accroissement de la valeur professionnelle des ouvriers, des kolkhoziens et des intellectuels, de l’élévation systématique du bien-être matériel et du niveau culturel des travailleurs, du développement de l’émulation socialiste.

Pour que la productivité du travail social augmente, l’emploi méthodique et rationnel des ressources matérielles et de la main-d’œuvre, notamment l’économie des moyens de production, est nécessaire. L’économie des moyens de production permet, avec la même quantité de matières premières et d’équipements, d’obtenir davantage de production, d’accroître le volume du produit social et, par conséquent, de celle de ses parties qui constitue le revenu national.

Un important facteur d’accroissement du revenu national est l’augmentation du nombre des travailleurs occupés dans la production matérielle. En régime socialiste, où, à la différence du capitalisme, les classes exploiteuses et leur nombreuse valetaille ont disparu, où le chômage est inconnu, où la sphère de la circulation n’accapare pas une partie excessive de la main-d’œuvre, etc., une fraction sensiblement plus importante de la population adulte active est occupée dans les branches de la production matérielle qui créent le produit social total. En outre, le nombre des travailleurs de la science, de l’enseignement, de l’art, de la santé publique augmente systématiquement. Toutes les réalisations de la culture matérielle et spirituelle sont le patrimoine du peuple, au lieu d’être surtout l’apanage, comme en régime capitaliste, des classes exploiteuses.

En U.R.S.S., il y a longtemps que le chômage a disparu, alors que de 1950 à 1954 le nombre des chômeurs (exprimé en chômeurs totaux annuels) représentait aux États-Unis, en moyenne, 10 % de la population apte au travail.

Plus de la moitié de la population active occupée dans les branches improductives travaille en U.R.S.S. dans les services de la culture et de la santé publique, contre un septième seulement aux États-Unis.

En régime socialiste, l’augmentation du revenu national est l’indice essentiel de l’élévation du bien-être des travailleurs, car elle entraîne un accroissement des revenus des ouvriers, des paysans et des intellectuels. En régime capitaliste, elle ne saurait être un indice du mieux-être des travailleurs, car une part toujours plus importante du revenu national est accaparée par les capitalistes et les grands propriétaires fonciers, celle des travailleurs ne cessant de diminuer.

En 1954, le revenu national avait, à parité de prix, été multiplié en U.R.S.S. par 3 par rapport à 1945. Aux États-Unis, le revenu national, à parité de prix, n’avait au cours de cette même période augmenté que de 12 %.

Date: 2010-2014