Manuel d’économie politique de l’Académie des sciences de l’URSS
Dernière modification le   
Manuel : table des matières, index — Retour au dossier marxisme

38.1. Les finances de la société socialiste.

En raison de l’existence, en régime socialiste, de la production et de la circulation marchandes, tout ce qui est produit par les entreprises socialistes s’exprime non seulement en nature, mais aussi en termes monétaires (en valeur). Les entreprises socialistes, celles de l’État aussi bien que les coopératives et les kolkhoz, reçoivent, en échange de leurs produits, de l’argent dont elles se servent pour couvrir leurs dépenses (amortissement, acquisition de matières premières, de combustible et de matériaux, rémunération du travail, etc.) et pour développer la production. Des fonds monétaires sont ainsi constitués et dépensés dans les entreprises socialistes. C’est le côté financier de l’activité économique de ces entreprises.

Une partie des ressources monétaires des entreprises est versée au fonds général de l’État qui les répartit d’une façon centralisée pour satisfaire les besoins du peuple tout entier, développer l’économie nationale et la culture. La constitution de ce fonds monétaire centralisé et sa répartition constituent l’essence du budget d’État.

Des fonds monétaires sont créés pour les assurances sociales, pour les assurances des personnes et des biens.

Les ressources monétaires momentanément disponibles des entreprises sont mobilisées et utilisées par voie centralisée au moyen du crédit.

Malgré leurs particularités et leurs différences, toutes ces formes de constitution et d’utilisation des fonds monétaires sont organiquement liées entre elles et constituent un système financier unique. Les finances de la société socialiste sont un système de relations économiques se traduisant par la constitution et la répartition méthodiques des fonds monétaires dans l’économie nationale en vue d’assurer le développement ininterrompu de la production, l’élévation constante du niveau de vie matérielle et culturelle de la population et le renforcement continu de la puissance de l’État socialiste. Elles comprennent : le budget d’État, les finances des entreprises d’État, des kolkhoz, des coopératives artisanales et de consommation, les assurances sociales d’État, les assurances d’État sur les biens et sur les personnes, les différentes formes de crédit.

La production socialiste constitue la base matérielle des finances. Le système financier s’appuie sur les progrès de la production industrielle et agricole, sur l’extension du commerce. En même temps, les finances influent activement sur le développement de la production et du commerce.

C’est par l’intermédiaire des finances que s’effectue la répartition du produit social total sous sa forme monétaire entre les secteurs de la production socialiste — le secteur d’État et le secteur coopératif kolkhozien — entre les différentes branches et entreprises, entre les régions du pays, entre la société dans son ensemble et ses membres. Ce faisant, les finances sont appelées à assurer l’emploi le plus rationnel de toutes les ressources de l’économie socialiste, à concourir à l’affermissement du régime d’économie, du principe de la gestion équilibrée, de la discipline financière dans l’économie nationale et à l’accroissement de la rentabilité de la production. C’est au moyen des finances que l’État socialiste contrôle par le rouble toute l’activité économique des entreprises et des différentes branches de l’économie.

Date: 2010-2014