Manuel d’économie politique de l’Académie des sciences de l’URSS
Dernière modification le   
Manuel : table des matières, index — Retour au dossier marxisme

39.1. Le caractère de la reproduction socialiste.

La production sans cesse renouvelée des biens matériels, autrement dit la reproduction, est la condition de l’existence et du développement de la société socialiste comme de toute autre société.

Les principes fondamentaux de la théorie marxiste-léniniste de la reproduction — relatifs à la reproduction simple ou élargie, au produit social total et au revenu national, à la division de la production sociale en production de moyens de production et production d’objets de consommation, au développement prioritaire de la production des moyens de production lors de la reproduction élargie, à l’accumulation en tant que seule source de la reproduction élargie, à la nécessité de certaines proportions entre les différentes parties du produit social total — gardent toute leur valeur en régime socialiste et en régime communiste. La société socialiste ne peut passer outre à ces principes quand elle planifie son économie.

Il n’empêche qu’en régime socialiste, la reproduction se distingue foncièrement de la reproduction capitaliste.

Conformément aux exigences de la loi économique fondamentale du socialisme, la reproduction socialiste est subordonnée à un but : assurer au maximum la satisfaction des besoins matériels et culturels sans cesse croissants de toute la société, alors que la reproduction capitaliste vise à assurer le profit maximum aux capitalistes.

Alors que la reproduction capitaliste se réalise d’une manière anarchique et est périodiquement coupée de crises économiques, le mode de production socialiste est caractérisé par un développement sans crises, une reproduction élargie ininterrompue. Partant de la loi du développement harmonieux de l’économie nationale et se conformant en tout point aux exigences de la loi économique fondamentale du socialisme, l’État socialiste détermine dans ses plans les rythmes de développement de l’économie nationale, les proportions et les rapports entre les différentes branches, le volume de l’accumulation et de la consommation.

Pris dans son ensemble, le processus de la reproduction est avant tout un processus de reproduction du produit social. Dans la reproduction du produit social, le rôle déterminant appartient à la reproduction des moyens de production, et avant tout des instruments de travail. La multiplication et le perfectionnement constants des instruments de travail sont la condition nécessaire du progrès technique. La reproduction socialiste s’effectue sur la base d’une technique supérieure. En même temps que les instruments de travail, sont reproduits les autres éléments des moyens de production : on agrandit les installations existantes et on en construit de nouvelles, on crée de nouveaux moyens de transport, la production des matières premières augmente, etc.

La reproduction élargie des moyens de production est la condition nécessaire du développement de la production des objets de consommation : vêtements, chaussures, denrées alimentaires, etc.

La société socialiste est caractérisée par des rythmes rapides de reproduction du produit social. Cela s’explique avant tout par la disparition des classes exploiteuses et de leur valetaille parasite, par l’absence de crises et de chômage, par l’utilisation méthodique et rationnelle de l’ensemble de la main d’œuvre, par l’élévation systématique et rapide de la productivité du travail social. Les rythmes rapides d’accroissement du produit social s’expliquent par l’émulation socialiste, par les méthodes socialiste de gestion : application conséquente d’un régime d’économies, mise en œuvre méthodique des fonds de l’économie nationale, renforcement du principe de la gestion équilibrée, abaissement continu du prix de revient de la production.

Les chiffres suivants témoignent des rythmes rapides de la reproduction socialiste. En 1954, la production globale de la grande industrie soviétique avait, par rapport à 1913, été multipliée par 35 (à parité de prix), celle des moyens de production par près de 60, celle de l’énergie électrique par plus de 75. Les rythmes d’accroissement ont été encore plus rapides pour l’industrie chimique et les constructions mécaniques. De 1928 à 1954, le produit social total (à parité de prix) a été multiplié par 11.

En U.R.S.S., les rythmes d’accroissement de la production industrielle sont plusieurs fois plus rapides que dans les pays capitalistes. Au cours du dernier quart de siècle (déduction faite des années de guerre), le rythme d’accroissement annuel moyen de la production industrielle a été de 18,2 % en U.R.S.S., 2,4 % aux États-Unis, 3,6 % en Angleterre, 2,1 % en France.

La reproduction socialiste comporte aussi la reproduction de la force de travail. Assurer méthodiquement aux entreprises la force de travail dont elles ont besoin est une condition fondamentale de la reproduction socialiste élargie. Les progrès de l’économie nationale entraînent un accroissement constant de la classe ouvrière. Le recrutement de la force de travail pour toutes les branches de la production sociale est effectué d’une façon organisée par les entreprises et les organismes économiques. L’industrie, le bâtiment, les transports, l’agriculture reçoivent des cadres qualifiés sortant du système d’État de formation de la main-d’œuvre, d’un réseau spécial d’écoles, de cours, d’écoles techniques et d’établissements d’enseignement supérieur, en fonction des besoins de l’économie nationale. La main-d’œuvre est répartie méthodiquement entre les différentes branches de l’économie et entre les entreprises. Un trait caractéristique de la reproduction des cadres est l’élévation ininterrompue du niveau de qualification et de culture de l’ensemble des travailleurs.

En régime socialiste, la reproduction élargie suppose également une reproduction élargie des rapports de production socialistes.

La reproduction élargie des rapports de production socialistes est la reproduction : a) de la propriété socialiste sous ses deux formes (propriété d’État et propriété coopérative-kolkhozienne) ; b) des rapports de coopération fraternelle et d’entraide socialiste des travailleurs dans la production des biens matériels ; c) des rapports entre les travailleurs dans la répartition des objets de consommation selon la quantité et la qualité du travail fourni par chacun.

Les rapports de production socialistes sont exempts des profondes contradictions inhérentes aux rapports de production capitalistes, dont la reproduction implique une exploitation accrue du travail par le capital, l’extension et l’approfondissement des contradictions de classes entre exploiteurs et exploités, qui ne peuvent manquer d’aboutir à la révolution et à la chute du capitalisme. La reproduction des rapports de production socialistes implique par contre le renforcement de l’alliance des deux classes amies : la classe ouvrière et la paysannerie, et des intellectuels, qui leur sont étroitement rattachés ; le renforcement de l’unité morale et politique de la société, la disparition graduelle des démarcations de classe et des différences sociales entre les hommes. C’est dans le processus de la reproduction socialiste élargie que s’accomplit le passage graduel du socialisme au communisme.

Date: 2010-2014