Manuel d’économie politique de l’Académie des sciences de l’URSS
Dernière modification le   
Manuel : table des matières, index — Retour au dossier marxisme

41.6. L’élévation du bien-être et du niveau culturel des travailleurs.

L’édification socialiste, dans les pays de démocratie populaire, va de pair avec une élévation constante du bien-être matériel et du niveau culturel des travailleurs, manifestation de l’action de la loi économique fondamentale du socialisme. Par suite du développement rapide de l’industrie, dès 1948-1949, le chômage a disparu à la ville comme à la campagne. Le nombre des ouvriers travaillant dans les entreprises socialistes s’accroît d’année en année. Le revenu national augmente constamment à un rythme rapide. La classe des propriétaires fonciers et celle des grands capitalistes ayant été liquidées, le revenu national sert à assurer le mieux-être des travailleurs et la reproduction socialiste élargie à la ville et à la campagne.

Le salaire réel des ouvriers et des employés, ainsi que les revenus réels des paysans ne cessent d’augmenter. La baisse du prix des marchandises joue un rôle très important dans l’élévation des revenus réels de la population. La diminution des loyers et du prix des autres services municipaux est un facteur essentiel de l’accroissement des revenus réels des travailleurs. Le développement des assurances sociales des ouvriers et des employés aux frais de l’État, la gratuité de l’instruction et de l’aide médicale, la création d’un large réseau de maisons de cure et de repos concourent également au mieux-être des travailleurs.

Par rapport à l’avant-guerre, le revenu national a plus que doublé en Pologne en 1954 ; augmenté de 86,7 % en Bulgarie en 1953 ; augmenté des deux tiers à peu près en Tchécoslovaquie en 1954.

En Pologne, les revenus réels par habitant occupé hors de l’agriculture étaient, en 1953, supérieurs de 40 % à ceux des années qui ont précédé directement la guerre. Les revenus réels par habitant des campagnes étaient supérieurs de 75 % à ceux de 1938. En Hongrie, au premier semestre de 1954, le salaire réel de l’ouvrier d’usine était de 57 % et le revenu réel d’une famille paysanne de 50 % plus élevés qu’en 1938. L’augmentation des revenus réels de la population a déterminé un notable accroissement de la consommation des travailleurs. En Roumanie, la consommation d’une famille ouvrière en 1953 a, par rapport à 1938, augmenté de 20 % pour le pain, de 48 % pour le sucre, de 164 % pour l’huile. Le paysan roumain consommait à la même époque 50 % de plus de seigle et de froment qu’en 1938. Le salaire réel des ouvriers et des employés bulgares a, en 1953, augmenté de 38 % par rapport à 1939. En 1954, il y a eu un nouvel accroissement des revenus réels des travailleurs dans les pays de démocratie populaire.

La construction du socialisme dans les pays de démocratie populaire est étroitement liée à la révolution culturelle. Les couches les plus étendues de travailleurs y accèdent à l’instruction et à la culture. La révolution a mis fin au monopole de la bourgeoisie et des propriétaires fonciers dans ce domaine. L’instruction et la culture sont devenues le bien du peuple tout entier. Une nouvelle couche d’intellectuels socialistes se constitue rapidement. Le nombre des ingénieurs et des techniciens est en augmentation constante.

Utilisant à plein le riche héritage laissé par la culture progressiste du passé de leurs peuples, lesquels ont apporté une importante contribution à la culture mondiale, les pays de démocratie populaire créent une culture nouvelle, socialiste par le contenu et nationale par la forme. La culture socialiste de l’U.R.S.S., profondément internationaliste, exerce une influence considérable sur le développement des cultures nationales dans les pays de démocratie populaire. Par suite de la grande extension de la collaboration culturelle entre les pays du camp socialiste, leurs cultures s’enrichissent mutuellement.

En Roumanie, le nombre des élèves a été multiplié, en 1953-1954, par 4,7 par rapport à 1938-1939 dans les écoles de sept ans, par plus de 4 dans l’enseignement secondaire, par plus de 2,2 dans les écoles supérieures (passant de 29 000 à 64 300), sans compter 19 000 étudiants par correspondance.

Dans l’ancienne Pologne, on comptait en 1937-1938 28 établissements d’enseignement supérieur et 48 000 étudiants, dont 5 % au plus étaient fils d’ouvriers et 9 % fils de paysans. En 1953, il y avait en Pologne 83 établissements d’enseignement supérieur et 134 000 étudiants, pour la plupart enfants d’ouvriers et de paysans.

En Hongrie, en 1954-1955, le nombre des élèves des écoles secondaires a triplé par rapport à la dernière année d’avant la guerre et celui des étudiants a quadruplé.

En 1938, il y avait dans toute la Tchécoslovaquie 9 établissements d’enseignement supérieur avec 19 000 étudiants en tout. Il y a actuellement 40 de ces établissements avec 47 900 étudiants. En Albanie, en 1954, le nombre des élèves des écoles primaires a été multiplié par plus de 2,6 par rapport à 1938 et celui des élèves des écoles secondaires, par plus de 7,7 fois.

Les succès de l’édification socialiste dans les pays de démocratie populaire sont une nouvelle preuve de la supériorité indéniable du système d’économie socialiste par rapport au système capitaliste.

Date: 2010-2014