Manuel d’économie politique de l’Académie des sciences de l’URSS
Dernière modification le   
Manuel : table des matières, index — Retour au dossier marxisme

Introduction

p. 9L’économie politique fait partie des sciences sociales1. Elle étudie les lois de la production sociale et de la répartition des biens matériels aux différents stades du développement de la société humaine.

La production matérielle constitue la base de la vie de la société. Pour vivre, les hommes doivent avoir de la nourriture, des vêtements et d’autres biens matériels. Pour se procurer ces biens, ils sont dans l’obligation de les produire, dans l’obligation de travailler. Les hommes produisent les biens matériels, c’est-à-dire luttent contre la nature, non pas isolément mais en commun, en groupes, en sociétés. C’est pourquoi la production est toujours et quelles que soient les conditions une production sociale, et le travail une forme d’activité de l’homme social.

La production des biens matériels suppose : 1o le travail de l’homme ; 2o l’objet du travail et 3o les moyens de travail.

Le travail est une activité rationnelle de l’homme au cours de laquelle celui-ci modifie et utilise pour la satisfaction de ses besoins les objets fournis par la nature. Le travail est une nécessité naturelle, une condition absolue de l’existence des hommes. Sans lui, la vie humaine serait impossible.

Est objet de travail tout ce à quoi l’homme applique son travail. Les objets du travail peuvent être donnés directement par la nature : ainsi, l’arbre que l’on abat dans la forêt, le minerai que l’on extrait du sol. Les objets du travail qui ont déjà été soumis à l’action d’un travail, comme le minerai à l’usine métallurgique, le coton à la filature, les filés à l’usine textile, portent le nom de matières premières.

Les moyens de travail désignent toutes les choses à l’aide desquelles l’homme agit sur l’objet de son travail et le modifie : ce sont avant tout les instruments de production, ainsi que la p. 10terre, les bâtiments d’exploitation, les routes, les canaux, les entrepôts, etc. Parmi eux le rôle déterminant appartient aux instruments de production. Ces derniers comprennent les instruments variés que l’homme utilise dans son travail, depuis les grossiers instruments de pierre des primitifs jusqu’aux machines modernes. Le niveau de développement des instruments de production donne la mesure du pouvoir de la société sur la nature, la mesure du développement de la production. Ce qui distingue entre elles les différentes époques économiques, ce n’est pas ce qu’elles produisent mais la manière de produire les biens matériels, les instruments de production dont elles se servent.

Les objets du travail et les moyens de travail constituent les moyens de production. S’ils ne sont associés à la force de travail, ceux-ci ne peuvent rien créer par eux-mêmes. Pour que le processus du travail, le processus de création des biens matériels puissent commencer, la force de travail doit s’associer aux instruments de production.

La force de travail est la faculté que l’homme a de travailler, la somme des forces physiques et spirituelles grâce auxquelles il est capable de produire des biens matériels. La force de travail est l’élément actif de la production ; c’est elle qui met en œuvre les moyens de production. Avec le progrès des instruments de production se développent aussi chez l’homme l’aptitude au travail, le savoir-faire, l’habileté, l’expérience de la production.

Les instruments de production à l’aide desquels les biens matériels sont produits, les hommes qui mettent en œuvre ces instruments et produisent les biens matériels, grâce à une certaine expérience de la production et à des habitudes de travail, constituent les forces productives de la société. Les masses laborieuses sont la principale force productive de la société humaine à toutes les étapes de son développement.

Les forces productives traduisent les rapports des hommes avec les objets et les forces de la nature dont ils se servent pour produire les biens matériels. Cependant, dans la production les hommes agissent non seulement sur la nature, mais aussi les uns sur les autres.

Ils ne produisent qu’en collaborant d’une manière déterminée et en échangeant entre eux leurs activités. Pour produire, ils entrent en relations et en rapports déterminés les uns avec les autres, et ce n’est que dans les limites de ces relations et de ces rapports sociaux que s’établit leur action sur la nature, la production.

Karl Marx, Travail salarié et capital, suivi de Salaire, prix et profit, p. 31, Éditions sociales, Paris, 1952.

Les rapports déterminés des hommes entre eux dans le processus de la production des biens matériels constituent les rapports de production.

Les rapports de production comprennent : a) les formes de propriété des moyens de production ; b) la position des divers groupes sociaux dans la production qui en découle et les rapports p. 11entre eux ; c) les formes de répartition des produits qui dépendent de la propriété des moyens de production et de la position des hommes dans la production.

Le caractère des rapports de production est déterminé par celui de la propriété des moyens de production (terre, forêts, eaux, sous-sol, matières premières, instruments de production, bâtiments d’exploitation, moyens de transport et de communication, etc.) : ou bien cette propriété est celle d’individus, de groupes sociaux ou de classes qui s’en servent pour exploiter les travailleurs, ou bien celle d’une société dont le but est de satisfaire les besoins matériels et culturels des masses populaires. L’état des rapports de production montre comment les moyens de production, et par conséquent les biens matériels produits par les hommes, sont répartis entre les membres de la société. Ainsi, c’est la forme particulière de la propriété des moyens de production qui constitue le trait déterminant des rapports de production.

Les rapports de production déterminent aussi les rapports de répartition qui leur correspondent. La répartition constitue le lien entre la production et la consommation.

Les produits fabriqués dans la société servent soit à la consommation productive, soit à la consommation individuelle. La consommation productive, c’est l’utilisation des moyens de production en vue de créer des biens matériels. La consommation individuelle satisfait les besoins de l’homme en nourriture, vêtements, logement, etc.

La répartition des articles de consommation individuelle qui ont été produits dépend elle-même de la répartition des moyens de production. Dans la société capitaliste les moyens de production, et par suite les produits du travail, appartiennent aux capitalistes. Les ouvriers sont privés des moyens de production, et pour ne pas mourir de faim, ils sont obligés de travailler pour les capitalistes qui s’approprient les fruits de leur travail. Dans la société socialiste les moyens de production sont propriété sociale. Aussi les fruits du travail appartiennent-ils aux travailleurs.

Dans les formations sociales où existe la production marchande, la répartition des biens matériels s’accomplit par l’échange des marchandises.

Production, répartition, échange et consommation forment une unité où le rôle déterminant appartient à la production. Les formes déterminées de répartition, d’échange et de consommation réagissent à leur tour activement sur la production, favorisant ou freinant son développement. L’ensemble des

rapports de production constitue la structure économique de la société, la base réelle sur quoi s’élève une superstructure juridique et politique et à laquelle correspondent des formes de conscience sociale déterminées. (Karl Marx, Contribution à la critique de l’économie politique, Préface. Voir Marx-Engels, Études philosophiques, p. 73, Éditions sociales, 1951.)

p. 12Une fois venue au monde, la superstructure réagit activement à son tour sur la base dont elle accélère ou entrave le développement.

La production présente un aspect technique et un aspect social. L’aspect technique de la production est étudié par les sciences naturelles et techniques, telles que la physique, la chimie, la métallurgie, la mécanique, l’agronomie, etc. L’économie politique étudie l’aspect social de la production, les rapports des hommes entre eux dans la production sociale, c’est-à-dire les rapports économiques.

L’objet de l’économie politique, écrivait Lénine, ce n’est nullement la « production » mais les rapports sociaux existant entre les hommes dans le domaine de la production, la structure sociale de la production.

V. Lénine, « Le développement du capitalisme en Russie », Œuvres, t. 3, p. 55.

L’économie politique étudie les rapports de production dans leur interaction avec les forces productives. Les forces productives et les rapports de production forment un ensemble qui est le mode de production.

Les forces productives sont l’élément le plus mobile et le plus révolutionnaire de la production. Le développement de la production commence par des changements dans les forces productives et, avant tout, par le changement et le développement des instruments de production ; des changements correspondants se produisent ensuite dans les rapports de production. Les rapports de production entre les hommes, dont le développement dépend de celui des forces productives, exercent à leur tour une puissante action sur les forces productives.

Celles-ci ne peuvent se développer pleinement que si les rapports de production correspondent à l’état des forces productives. À un certain degré de leur développement, les forces productives dépassent le cadre des rapports de production existants et entrent en conflit avec eux. Les rapports de production, de forme de développement des forces productives qu’ils étaient, deviennent leurs chaînes.

C’est pourquoi les anciens rapports de production sont tôt ou tard remplacés par de nouveaux rapports qui correspondent au niveau de développement et au caractère des forces productives de la société. Un changement de la base économique de la société entraîne un changement de sa superstructure. Les conditions matérielles du passage des anciens rapports de production à des rapports nouveaux apparaissent et se développent au sein même de la vielle formation. Les nouveaux rapports de production donnent libre cours au développement des forces productives.

La loi de la correspondance nécessaire entre les rapports de production et le caractère des forces productives est donc une loi économique du développement de la société.

p. 13Dans une société qui repose sur la propriété privée et l’exploitation de l’homme par l’homme, les conflits entre les forces productives et les rapports de production se manifestent par la lutte des classes. Le passage de l’ancien au nouveau mode de production s’accomplit alors par une révolution sociale.

L’économie politique est une science historique. Elle étudie la production matérielle dans ses formes sociales historiquement déterminées, les lois économiques propres aux différents modes de production. Les lois économiques expriment l’essence des phénomènes et des processus économiques, le rapport interne de cause à effet et d’interdépendance qui existe entre eux.

Les lois du développement économique sont des lois objectives. Elles naissent et agissent sur la base de conditions économiques déterminées, indépendamment de la volonté des hommes. Les hommes peuvent connaître ces lois et les utiliser dans l’intérêt de la société, mais ils ne peuvent pas abolir ou créer des lois économiques. L’utilisation des lois économiques dans une société de classes a toujours un contenu de classe : la classe d’avant-garde de chaque formation sociale utilise les lois économiques dans l’intérêt d’un développement progressiste de la société, tandis que les classes qui ont fait leur temps s’y opposent. Chaque mode de production a sa loi économique fondamentale qui en exprime l’essence et en définit les principaux aspects et les principales lignes de développement. L’économie politique

étudie d’abord les lois particulières à chaque degré d’évolution de la production et de l’échange, et ce n’est qu’à la fin de cette étude qu’elle pourra établir les quelques lois tout à fait générales qui sont valables en tout cas pour la production et l’échange. (F. Engels, Anti-Dühring, 2e partie, ch. I, p. 179, Éditions sociales, Paris, 1950.)

Par conséquent, le développement des différentes formations sociales obéit tant aux lois économiques qui leur sont propres, qu’à celles aussi qui sont valables pour toutes ces formations, comme, par exemple, la loi de la correspondance nécessaire des rapports de production et du caractère des forces productives. Les formations sociales ne sont donc pas seulement séparées par les lois économiques propres uniquement au mode de production considéré ; elles sont aussi reliées l’une à l’autre par des lois économiques valables pour toutes.

L’économie politique étudie les types fondamentaux de rapports de production que connaît l’histoire : la communauté primitive, l’esclavage, la féodalité, le capitalisme, le socialisme. La communauté primitive est un régime social antérieur à l’existence des classes. L’esclavage, la féodalité et le capitalisme sont des formes différentes de sociétés fondées sur l’asservissement et l’exploitation des masses laborieuses. Le socialisme est un régime social qui a mis fin à l’exploitation de l’homme par l’homme.

p. 14L’économie politique étudie l’évolution de la production sociale, des formes inférieures aux formes supérieures ; l’apparition, le développement et la disparition des régimes sociaux fondés sur l’exploitation de l’homme par l’homme. Elle montre comment toute la marche de l’histoire prépare la victoire du mode de production socialiste. Elle étudie, ensuite, les lois économiques du socialisme, les lois de la naissance de la société socialiste et de son développement vers la phase supérieure du communisme.

Ainsi, l’économie politique est la science qui traite du développement des rapports des hommes entre eux dans la production sociale, c’est-à-dire des rapports économiques des hommes. Elle fait apparaître les lois qui régissent la production et la répartition des biens matériels dans la société humaine aux différents stades de son développement.

La méthode de l’économie politique marxiste est celle du matérialisme dialectique. L’économie politique marxiste-léniniste applique les principes fondamentaux du matérialisme dialectique et du matérialisme historique à l’étude du régime économique de la société.

À la différence des sciences de la nature, telles que la physique, la chimie, etc., l’économie politique ne peut recourir, pour étudier le régime économique de la société, à des essais, des expériences de laboratoire faites dans des conditions artificielles, éliminant les phénomènes qui empêchent l’examen d’un processus à l’état pur.

L’analyse des formes économiques, signalait Marx, ne peut, en outre, s’aider ni du microscope ni d’aucun réactif chimique. Il faut les remplacer par la force d’abstraction.

K. Marx, « Préface à la première édition allemande », Le Capital, Livre I, p. 4.

Tout régime économique offre une physionomie complexe et contradictoire. Une étude scientifique doit aller au-delà des apparences superficielles que présentent les phénomènes économiques et, s’aidant de l’analyse théorique, mettre en évidence les processus sous-jacents, les traits économiques fondamentaux qui expriment l’essence des rapports de production considérés, et faire abstraction des traits secondaires.

Cette analyse scientifique conduit aux catégories économiques, c’est-à-dire aux notions qui sont l’expression théorique des rapports réels de production de la formation sociale considérée, tels que, par exemple, la marchandise, la valeur, la monnaie, la gestion équilibrée, le prix de revient, la journée-travail, etc.

La méthode de Marx consiste à s’élever progressivement des catégories économiques les plus simples aux plus complexes, ce qui correspond au mouvement ascendant de la société évoluant des formes inférieures aux formes supérieures. Dans cette étude des catégories de l’économie politique, la recherche logique se double d’une analyse historique du développement social.

p. 15Marx, analysant les rapports de production capitalistes, commence par dégager le rapport général le plus simple et le plus fréquent : l’échange d’une marchandise contre une autre. Il montre dans la marchandise, cellule de l’économie capitaliste, le germe des contradictions du capitalisme. Partant de l’analyse de la marchandise, il explique l’apparition de la monnaie, retrace le processus de la transformation de l’argent en capital, dévoile l’essence de l’exploitation capitaliste. Il montre comment le développement social conduit inéluctablement à la chute du capitalisme, à la victoire du communisme.

Lénine a indiqué que l’exposé de l’économie politique devait caractériser les périodes successives du développement économique. Aussi le présent cours examine-t-il les principales catégories de l’économie politique — marchandise, valeur, monnaie, capital, etc. — dans l’ordre historique où elles sont apparues aux différents stades de l’évolution de la société humaine. C’est ainsi qu’on trouvera déjà des notions élémentaires sur la marchandise et la monnaie dans les chapitres consacrés aux formations pécapitalistes. Mais ces catégories sont examinées plus à fond dans la partie où est étudiée l’économie capitaliste évoluée, où elles atteignent leur plein développement. Le même ordre d’exposition est suivi pour l’économie socialiste. Dans la partie consacrée à la période de transition du capitalisme au socialisme, il est donné une notion élémentaire de la loi économique fondamentale du socialisme, de la loi du développement harmonieux, proportionné de l’économie nationale, de la répartition selon le travail, de la valeur, de la monnaie, etc. Mais l’étude complète de ces lois et de ces catégories est abordée dans la partie consacrée au « Système socialiste d’économie nationale ».

L’économie politique, à la différence de l’histoire, ne se propose nullement d’étudier l’histoire du développement de la société dans toute sa diversité concrète. Elle donne des notions fondamentales sur les traits essentiels de chaque système d’économie sociale.

À côté de l’économie politique, il existe d’autres disciplines scientifiques qui étudient les rapports économiques dans les branches particulières de l’économie nationale, sur la base des lois découvertes par l’économie politique : l’économie de l’industrie, l’économie de l’agriculture, etc.

L’économie politique s’occupe non de problèmes nébuleux, détachés de la vie, mais de problèmes réels et brûlants s’il en est, qui affectent les intérêts vitaux des hommes, de la société, des classes. La chute du capitalisme et la victoire du système socialiste d’économie sont-elles inévitables ? Les intérêts du capitalisme sont-ils en contradiction avec ceux de la société et du progrès humain ? La classe ouvrière est-elle le fossoyeur du capitalisme ? Est-elle appelée à libérer la société du capitalisme ? À toutes ces questions et à d’autres questions semblables les économistes donnent des réponses différentes selon les intérêts des classes dont ils se font les interprètes. On s’explique ainsi qu’il n’existe pas à l’heure actuelle une économie politique commune à toutes les classes de la société, mais qu’il p. 16en existe plusieurs : l’économie politique bourgeoise, l’économie politique prolétarienne, et enfin celle des classes intermédiaires, l’économie politique petite-bourgeoise.

Il est donc absolument faux de prétendre, comme certains économistes, que l’économie politique est une science neutre, qu’elle n’est pas une science de parti, qu’elle est indépendante de la lutte des classes sociales et sans aucune attache, directe ou indirecte, avec un parti politique quelconque.

Peut-il exister une économie politique objective, impartiale, qui ne craint pas la vérité ? Sans aucun doute. Ce ne peut être que celle de la classe qui n’a pas intérêt à dissimuler les contradictions et les plaies du capitalisme, à voir se perpétuer l’ordre capitaliste, de la classe dont les intérêts se confondent avec ceux de l’affranchissement de la société asservie par le capitalisme, de la classe dont les intérêts sont aussi ceux du progrès humain. Cette classe, c’est la classe ouvrière. Aussi seule une économie politique qui défend les intérêts de la classe ouvrière peut-elle être objective et désintéressée. Cette économie politique est celle du marxisme-léninisme.

L’économie politique marxiste est un élément essentiel de la théorie marxiste-léniniste.

Les grands dirigeants et théoriciens de la classe ouvrière, Karl Marx et Friedrich Engels, ont été les fondateurs de l’économie politique prolétarienne. Dans son ouvrage génial, Le Capital, Marx a mis en lumière les lois qui régissent la naissance, le développement et la chute du capitalisme ; il a apporté la démonstration économique de la nécessité de la révolution socialiste et de l’établissement de la dictature du prolétariat. Marx et Engels ont formulé dans ses grandes lignes la théorie de la période de transition du capitalisme au socialisme et des deux phases de la société communiste.

La doctrine économique du marxisme a été développée dans les ouvrages de Lénine, fondateur du Parti communiste et de l’État soviétique et génial continuateur de l’œuvre de Marx et d’Engels. Lénine a enrichi la science économique marxiste d’une synthèse de l’expérience acquise dans les conditions nouvelles du développement historique en créant la théorie marxiste de l’impérialisme ; il a montré la nature économique et politique de l’impérialisme et fourni les premiers éléments de la loi économique fondamentale du capitalisme moderne ; il a élaboré dans ses grandes lignes la théorie de la crise générale du capitalisme ; il est l’auteur d’une théorie nouvelle, achevée, de la révolution socialiste ; il a donné une solution scientifique aux principaux problèmes de l’édification du socialisme et du communisme.

S’appuyant sur les ouvrages fondamentaux de Marx, Engels et Lénine, qui ont créé une économie politique réellement scientifique, Staline, le grand compagnon d’armes et le disciple de Lénine, a formulé et développé un certain nombre de thèses nouvelles.

Les décisions du Parti communiste de l’Union soviétique et des partis communistes frères, les travaux des compagnons p. 17d’armes et des disciples de Lénine et de Staline, dirigeants de ces partis, ne cessent d’enrichir la théorie économique marxiste-léniniste de déductions et de thèses nouvelles en partant de la synthèse de la pratique de la lutte révolutionnaire et de l’édification du socialisme et du communisme.

L’économie politique marxiste-léniniste est une arme idéologique puissante entre les mains de la classe ouvrière et de toute l’humanité laborieuse qui luttent pour s’affranchir de l’oppression capitaliste. Ce qui fait la force et la vitalité de la théorie économique du marxisme-léninisme, c’est qu’elle arme la classe ouvrière et les masses laborieuses de la connaissance des lois du développement économique de la société, qu’elle leur donne de claires perspectives et la certitude de la victoire définitive du communisme.

Notes
1.

« Économie politique » vient des mots grecs « oïkonomia » et « politéia ». Le mot « oïkonomia » se compose lui-même de deux mots : « oïkos » (maison, ménage), et « nomos » (loi). « Politéia » signifie « organisation sociale ». Le terme d’ « économie politique » n’est apparu qu’au début du 17e siècle.

Date: 2010-2014